Petit miracle situé rue Haute à Bruxelles, Art et Marges Musée échappe aux circuits consacrés de l'art. Né du dur désir de Françoise Henrion, cet endroit célèbre dix années d'existence. C'est sur un créneau funambule qu'il se situe à l'origine, celui d'une création qu...

Petit miracle situé rue Haute à Bruxelles, Art et Marges Musée échappe aux circuits consacrés de l'art. Né du dur désir de Françoise Henrion, cet endroit célèbre dix années d'existence. C'est sur un créneau funambule qu'il se situe à l'origine, celui d'une création que l'on dira " épaulée" -des ateliers dans lesquels les participants bénéficient d'un encadrement artistique pour soutenir leur démarche créative. Excommuniée par les ayatollahs de l'art brut dans un premier temps, la démarche gagnera le respect au fil du temps en raison de son audace à capter une création " sans balises théoriques", selon le mot de Michel Thévoz. Une décennie d'une pareille odyssée méritait amplement un coup d'oeil dans le rétroviseur. En plus d'une exposition, à l'arrêt pour le moment, Tatiana Veress, la directrice, a appelé de ses voeux une publication restituant " les révoltes et les enthousiasmes" disséminés au fil des oeuvres de la collection du lieu, trésor amorcé depuis le début des années 80. L'ouvrage sobre et émaillé de textes -notamment un très bel entretien avec la toujours passionnante Carine Fol- donne à voir quelque 200 reproductions de tableaux, dessins et autres sculptures qui répondent avec beaucoup de générosité aux énigmes posées par le fait d'être vivant.