Noah
...

Noah DE DARREN ARONOFSKY. AVEC RUSSELL CROWE, JENNIFER CONNELLY, EMMA WATSON. 2 H 18. DIST: UNIVERSAL. 8 Russell Crowe avait largement contribué, par sa formidable prestation dans Gladiator de Ridley Scott, au retour en grâce du "péplum". Il est aussi pour beaucoup, désormais, dans celui du sous-genre du film biblique, pourtant considéré par beaucoup comme à jamais périmé. L'acteur néo-zélandais signe une nouvelle interprétation marquante dans le Noah qu'un Darren Aronofsky tout sauf timoré ose nous offrir à son mode tout personnel. Le réalisateur de Requiem for a Dream et de Black Swan nous raconte l'histoire de Noé, de son arche et du déluge, en sortant le sujet de sa seule logique religieuse pour lui conférer tout à la fois sa dimension de grand spectacle et des résonances contemporaines, écologiques mais aussi idéologiques. Celui dont le premier long métrage, Pi, mêlait mathématiques et judaïsme dans une quête menant au nom de Dieu s'est plongé dans une abondante documentation, notamment les livres apocryphes de l'Ancien Testament. Mais c'est très librement qu'il a écrit (avec John Logan) le scénario de Noah. Lequel assume sa mission de divertissement avec maestria, empruntant visiblement aux acquis de la géniale trilogie de TheLord of the Rings de Peter Jackson, tant sur le plan des effets spéciaux que de certaines atmosphères. Captivant dans son récit d'aventures aux échos fantastiques, Noah l'est aussi dans la manière assez subtile avec laquelle les éléments de l'imagerie biblique y sont intégrés à une approche jamais asservie aux clichés popularisés par le cinéma de l'âge d'or hollywoodien du genre, celui des années 50 et 60 (avec The Bible, The Ten Commandments, King of Kings, Ben-Hur, Quo Vadis?, Barrabas et The Robe). Le Noé joué par Russell Crowe a une foi fervente, mais ce qu'il interprète comme des messages divins peuvent aussi être vus comme des phénomènes naturels simplement magnifiés par une tendance à chercher le surnaturel et à y trouver des signes. Aronofsky prenant soin de montrer l'égarement de son héros quand son interprétation extrême de ce qu'il perçoit comme la volonté divine le conduit à envisager le meurtre de ses petits-enfants. Radicalisme et fondamentalisme se trouvant illustrés dans leurs pires dérives, au coeur d'un film également coloré de sensibilité au sauvetage d'une nature en danger, surexploitée par l'Homme. Mais s'il nous fait penser, Noah nous fait surtout vibrer, et la performance intense de Russell Crowe y est pour beaucoup. Les intéressants bonus de l'édition Blu-ray font la part belle au cadre (les paysages d'Islande) et aux exploits techniques et technologiques nécessités par le film. Mais le secret de sa grandeur n'est à chercher nulle part ailleurs que dans sa profonde et troublante humanité. LOUIS DANVERS