Quelques clics, une centaine de mégaoctets et une dizaine de minutes pour les configurer. Le temps d'installation de Rosetta@Home et de Folding@Home est bien dérisoire face aux enje...

Quelques clics, une centaine de mégaoctets et une dizaine de minutes pour les configurer. Le temps d'installation de Rosetta@Home et de Folding@Home est bien dérisoire face aux enjeux du coronavirus. Ces programmes proposent en effet d'utiliser la puissance inexploitée d'un ordinateur pour épauler à distance des calculs complexes simulant le repliement des protéines dans les cellules humaines. En pratique, télécharger ces deux applications les lancera en arrière-plan, sans impact sur les performances du PC. Déjà utilisé dans la recherche contre Alzheimer et Parkinson, ce cloud computing lutte par défaut contre une poignée de maladies. Mais l'utilisateur reste libre d'en privilégier une. Une démarche bien loin du rêve de SETI@home qui recherchait de la vie extraterrestre grâce aux puissances conjuguées de myriades de PlayStation 3, il y a six ans.