"Chameleon"

Coincé à la maison par la pandémie, sans plus de clubs où jouer, Anthony Naples en a profité pour faire prendre à sa techno un tournant plus planant. Dans...

Coincé à la maison par la pandémie, sans plus de clubs où jouer, Anthony Naples en a profité pour faire prendre à sa techno un tournant plus planant. Dans la foulée, il a aussi élargi sa palette sonore: pour la première fois, le producteur new-yorkais a intégré de vrais instruments live -guitare, batterie, basse, synthé, etc. D'où un nouvel album, Chameleon, à large spectre, dansant volontiers à l'horizontale, ressemblant parfois à des méditations balearic jouées distraitement par The Cure ( Sizzlin, Devotion), osant même des solos de guitare ( Massiv Mello). Piochant dans les effets hypnotiques du dub, la musique d'Anthony Naples réussit ainsi à rebondir régulièrement, sans jamais rompre le fil d'un disque étonnamment capiteux.