Cinéaste rare -il n'a réalisé que sept longs métrages avant de disparaître en 1986, à l'âge de 54 ans à peine-, Andreï Tarkovski a laissé une oeuvre aussi essentielle qu'inépuisable, qui devait influencer les Lars von Trier, Steven Soderbergh et autre Nuri Bilge Ceylan. Un coffret indispensable réunit ses cinq films russes -à savoir, dans l'ordre chronologique, L'Enfance d'Ivan, Andreï Roublev, Solaris, Le Miroir et Stalker-, auxquels une restauration exemplaire restitue leur ensorcelante beauté, non sans en préserver le mystère. L'éblouissement est permanent, la fulgurance des compositions servant d'intenses questionnements métaphysiques, et cela que l'auteur trace le portrait du moine iconographe Andreï Roublev dans la Russie médiévale, ou qu'il s'aventure sur le terrain de la science- fiction à la faveur de Solaris ou de Stalker. Soit une oeuvre vertigineuse, exemple unique d'un cinéma en lévitation conjuguant splendeur visuelle et réflexion féconde. Un must absolu.

L'Enfance d'Ivan

Distribué par Lumière. Prix: environ 35 euros.