Il ne devait en rester qu'un. Samedi dernier, sur le coup de minuit, c'est le duo Fusty Delights qui a remporté la finale du concours Fnac Unsigned Music Talents 2010. Après la jeune Labiur l'an dernier, c'est donc à nouveau un projet électronique made in Liège qui est récompensé. Something special in the Meuse?
...

Il ne devait en rester qu'un. Samedi dernier, sur le coup de minuit, c'est le duo Fusty Delights qui a remporté la finale du concours Fnac Unsigned Music Talents 2010. Après la jeune Labiur l'an dernier, c'est donc à nouveau un projet électronique made in Liège qui est récompensé. Something special in the Meuse? Pour rappel, ils étaient encore 5 à se disputer le premier prix. A la clé, pas de promesse de signature, mais un solide coup de pouce: une session d'enregistrement en studio (ICP, tout de même), un shooting photo, un clip... Encore fallait-il passer l'épreuve des présélections (sur base de démos) et des demi-finales: pas forcément évident dans ce qui reste l'un des seuls concours du genre à rassembler aussi bien les groupes du nord que du sud du pays. Etaient donc arrivés au dernier stade du concours: Bed Rugs, Willerzie, Noizeblocker, Theo Clark, et Fusty Delights. La scène du club Petrol à Anvers devait amener le jury (artiste, label, programmateur, presse...) à les départager. Les planches ne mentent pas, même si le son et la technique auraient pu davantage servir les finalistes. Pas sûr par exemple que le duo guitare-batterie formé par Willerzie ait bénéficié des meilleures conditions. Pas dramatique, le projet rock aventureux repart avec le prix du public ( lire ci-contre). L'Ecossais de Nivelles, Theo Clark, a fait lui forte impression, accompagné cette fois d'un vrai band (lors de la demi-finale bruxelloise, il était épaulé d'un seul guitariste). Il passe près du gros lot, tout tout près: grosse déception dans les rangs de ses supporters. Des fans, la power pop de Bed Rugs en avait aussi pas mal: normal, les Anversois jouaient "à la maison". Et du coup, trop relax? Des 5 finalistes, Noizeblocker était peut-être le projet le plus intrigant. Pour l'occasion, Joachim Quartier, maître d'£uvre de Noizeblocker, a appelé un camarade pour doubler sa voix, qui est à la fois son point faible et l'un des ingrédients indispensables à l'équilibre précaire que prône sa pop romantique. Manquait un bon mixage pour vraiment convaincre. Restait donc Fusty Delights, soit les DJ's Dié Reumont et Fred Praillet qui, plongés dans des claviers romantiques, noieraient leur mélancolie dans un gros beat club. Le duo n'a peut-être pas surpris, mais il n'a pas déçu non plus, emmenant une nouvelle fois le public dans son trip. A eux donc le premier prix. Liège champion! PHOTOS ET VIDÉO SUR WWW.FOCUSVIF.BELAURENT HOEBRECHTS