C'est l'un de ces duos dont on parle beaucoup en ce moment. Amélie Giacomini (1988) et Laura Sellies (1989) vivent et travaillent à Paris. La notoriété se justifie: ce tandem sorti de l'école des beaux-arts de Lyon signe un travail qui vaut la peine d'être découvert. En cause, une pratique ...

C'est l'un de ces duos dont on parle beaucoup en ce moment. Amélie Giacomini (1988) et Laura Sellies (1989) vivent et travaillent à Paris. La notoriété se justifie: ce tandem sorti de l'école des beaux-arts de Lyon signe un travail qui vaut la peine d'être découvert. En cause, une pratique élaborée qui noue de manière assez inédite sculpture et chorégraphie. Ceci à travers des installations immersives activées aussi bien par les performers embrigadés que par les spectateurs. Une des influences avérées de cette cellule créative est à chercher du côté du champ architectural. On pense tout particulièrement à Adolf Loos. "Dans la plupart de ses architectures, Loos met en place des dispositifs de regard. Les habitants, ou simples visiteurs de ses villas, sont alors pris dans des jeux d'échanges incessants: ils sont tour à tour sujet et objet du regard. Les fenêtres, en verre poli, sont des sources de lumière voilées, l'oeil ne franchit pas les murs de la maison. Des miroirs sont souvent placés sous celles-ci, au niveau du regard, et deviennent le cadre du seul spectacle possible", expliquait Laura Sellies dans une interview accordée en 2015 aux Inrockuptibles. Cet entrelacs des corps et des pièces est la grande affaire d'Amélie Giacomini et Laura Sellies. On peut le découvrir sur le site minimaliste -une simple homepage faisant défiler un enchevêtrement de corps, sculptures et de contextes- des deux intéressées. GIACOMINI-SELLIES.COM M.V.