Cris, pleurs, auto-apitoiement, rires nerveux, engueulades en pagaille... Tout le petit attirail névrotique de la réalisatrice de Pardonnez-moi, Le Bal des actri...

Cris, pleurs, auto-apitoiement, rires nerveux, engueulades en pagaille... Tout le petit attirail névrotique de la réalisatrice de Pardonnez-moi, Le Bal des actrices, Polisse et Mon roi est ici convoqué de manière tellement exacerbée qu'on frise le non-sens absolu. Mais le pire reste à venir... En pleine crise identitaire, Maïwenn, alias Neige, délaisse en effet peu à peu ses prétentions chorales pour sombrer dans un questionnement lourdingue sur sa supposée algérianité. En mode autofiction à peine voilé, le film la voit alors s'enfoncer dans un délire narcissique embarrassant d'immaturité où elle renoue avec ses racines nord-africaines en buvant du thé à la menthe. Wesh, le seum, frère...