Le genre est-il un critère suffisant pour constituer une anthologie? À l'aune d'une Histoire de l'art où trop longtemps les femmes ont été invisibles ou leur production jugée mineure, leur consacrer bien davantage d'espace était urgent. Doté du prix "J'aime le livre d'art", ce copieux volume illustré (le plus complet réalisé à ce jour) explore l'oeuvre, la vie et les combats artistiques des femmes depuis Properzia de' Rossi (1490-1530), la plus ancienne sculptrice dont le nom a été conservé, jusqu'à Tschabalala Self (née en 1990), qui décompose et recompose dans ses toiles le corps des femmes noires pour se jouer des stéréotypes. Au milieu de figures attendues telles Marina Abramovic? qui n'hésita pas à se mettre en danger lors de ses performances, ou Frida Kahlo et ses autoportraits puissants, on (re)découvre les contes cruels de Paula Rego, Diane Arbus et son amour des marges ou Jenny Holzer et ses messages percutants (" Men don't protect you anymore") affichés en grand dans l'espace public.

Éditions Phaidon, 464 pages, Prix: 49 euros.