Tomber les lunettes pour jouer en relief sur un écran LCD ne relève plus de l'expérience de labo. Attendue le 25 mars prochain à 249 euros sous nos latitudes, la 3DS de Nintendo comptera parmi les événements high-tech et ludiques de 2011. La nouvelle console portable japonaise gère en effet l'auto stéréoscopie. De quoi prendre une avance technologique considérable pour la firme de Kyoto. D'autant que l'industrie high-tech ne compte pas encore d'appareil grand public similaire.
...

Tomber les lunettes pour jouer en relief sur un écran LCD ne relève plus de l'expérience de labo. Attendue le 25 mars prochain à 249 euros sous nos latitudes, la 3DS de Nintendo comptera parmi les événements high-tech et ludiques de 2011. La nouvelle console portable japonaise gère en effet l'auto stéréoscopie. De quoi prendre une avance technologique considérable pour la firme de Kyoto. D'autant que l'industrie high-tech ne compte pas encore d'appareil grand public similaire. Présentée à la presse européenne le 19 janvier dernier en compagnie de développeurs/éditeurs incontournables comme Capcom, Konami ou Tecmo, la 3DS annonce bien plus que la fin de la DS, sa devancière à double écran aujourd'hui âgée de 6 ans. En main, l'impression de tenir un objet techno avant-gardiste domine. Certes, la 3D se floute lorsque l'écran de la console ne fait pas immédiatement face au joueur. Mais ce défaut demeure mineur, pour peu que l'on ajuste son angle de vision en bougeant la machine ou la tête de quelques millimètres. Si la 3D sans lunettes made in Nintendo passe donc son examen d'entrée haut la main, il faudra encore voir si l'affichage des images en relief ne passant que par l'écran supérieur s'avère gagnant sur le long terme. Car jusqu'ici, la plupart des jeux DS étalaient leur action sur le LCD du bas (plus logique car près de la manette), en déportant des infos annexes sur celui du haut. Prendre des photos en 3D grâce à sa double lentille externe, jouer online gratuitement en Europe sur des hot spots publics (Nintendo discute entre autres avec KPN et Deutsche Telekom), regarder des programmes TV 3D (Eurosport annoncé)..., les tours de magie promis par la 3DS séduisent. Son gyroscope intégré aussi. En tandem avec la caméra de la console, celui-ci permet des mini jeux en réalité augmentée (livrés avec la console via des cartes façon Eye Of Judgement). Dans des titres comme TheLegend of Zelda: Ocarina of Time 3D, ce même gyroscope autorise, au lieu du joystick, une visée au lance-pierre en pivotant l'écran. Un gimmick précis et jubilatoire, qui a toutefois comme conséquence logique de flouter la 3D. La liste des titres disponibles au lancement de la 3DS n'a bizarrement pas encore été dévoilée. Seules 25 productions sont confirmées de mars à juin, parmi lesquelles des gros calibres comme Super Street Fighter IV 3D, Resident Evil Revelations, Resident Evil Mercenaries, Paper Mario, Dead or Alive Dimensions 3D et Metal Gear Solid Snake Eater. Autant de titres pour lesquels la 3D devrait être bénéfique d'un point de vue cosmétique mais aussi dans le gameplay avec, par exemple, des longues passes spécialement étudiées pour cet effet dans Pro Evolution Soccer 3D. Evasif sur le "Street Pass", fonction connectant 2 consoles automatiquement lorsqu'elles se croisent en rue (pour des versus aléatoires) et muet sur les questions de santé qu'il a récemment soulevées (la 3DS est déconseillée aux enfants de moins de 6 ans), Nintendo prend néanmoins un tour d'avance sur la concurrence. Une dimension aussi. l MICHI-HIRO TAMAÏ