Il fallait une sacrée bonne idée à Brian Yorkey, créateur de cette série phénomène de 2017 adaptée d'un roman de Jay Asher, pour en répliquer le séisme. Cinq mois ont passé de...

Il fallait une sacrée bonne idée à Brian Yorkey, créateur de cette série phénomène de 2017 adaptée d'un roman de Jay Asher, pour en répliquer le séisme. Cinq mois ont passé depuis le suicide d'Hannah Baker et au lycée de Crestmont, les violences psychiques et physiques, brimades, harcèlements et stigmatisation sont toujours le lot quotidien des ados. Rien de mieux qu'une scène de viol ultra violente pour changer le regard sur un bourreau subitement devenu victime? La séquence a fait grand bruit et divisé. Le cahier des charges est partiellement rempli, mais pour la description subtile des émotions et des tourments adolescents, on repassera. La présence à la réalisation de Gregg Araki et sa mise en scène sensible sauve un peu le tout du drame grotesque.