1 DE PIER PAOLO PASOLINI. AVEC FRANCO CITTI, FRANCA PASUT, ROBERTO SCARINGELLA. 1 H 51. DIST: TWIN PICS.
...

1 DE PIER PAOLO PASOLINI. AVEC FRANCO CITTI, FRANCA PASUT, ROBERTO SCARINGELLA. 1 H 51. DIST: TWIN PICS. 2 DE LUIGI COMENCINI. AVEC ANTHONY QUAYLE, STEFANO COLAGRANDE, SIMONE GIANNOZZI. 1 H 40. DIST: TWIN PICS. 3 D' ETTORE SCOLA. AVEC NINO MANFREDI, FRANCESCO ANNIBALLI, MARIA BOSCO. 1 H 51. DIST: TWIN PICS. 4 DE MARIO MONICELLI. AVEC UGO TOGNAZZI, CLAUDE DAUPHIN, FRANÇOIS PÉRIER. 1 H 35. DIST: TWIN PICS. 5 DE SERGIO CITTI. AVEC FRANCO CITTI, LAURENT TERZIEFF, ANITA SANDERS. 1 H 36. DIST: TWIN PICS. 6 DE DINO RISI. AVEC AGOSTINA BELLI, VITTORIO GASSMAN, UGO TOGNAZZI. 1 H 56. DIST: TWIN PICS. 7 DE LINA WERTMÜLLER. AVEC GIANCARLO GIANNINI, MARIANGELA MELATO, LINA POLITO. DIST: TWIN PICS.Le cinéma italien nous offre encore régulièrement de belles occasions de vibrer, de rire et de s'émouvoir. Mais entre l'immédiat lendemain de la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 70, le néoréalisme et la comédie sociale firent pleuvoir les grands films à un rythme inouï. Les sorties DVD de cette semaine permettent de retrouver quelques £uvres marquantes tournées entre le début des années 60 et le milieu de la décennie suivante. Premier de la liste chronologiquement, mais aussi par sa qualité, Accatone marque les débuts de Pier Paolo Pasolini. Le futur réalisateur de Théorème y prend pour personnage un jeune proxénète de la banlieue de Rome, vivant dans l'insouciance du travail de Maddalena, sa "protégée". Une fois la jeune femme retenue par la police, il mettra une autre fille, naïve, sur la voie de la prostitution. Mais l'amour lui fera peut-être prendre (trop tard?) le chemin de la rédemption... Sans aucun doute un des tout meilleurs premiers films de l'histoire du 7e art, Accatone caresse d'une caméra contemplative, volontiers en travelling, les espaces dés£uvrés, chaotiques, des lisières de Rome. La musique de Bach accompagne d'élégiaque façon cette chronique poignante, jouée par Franco Citti. Le même interprète se retrouvera 8 ans plus tard dans Ostia, écrit par Pasolini et réalisé par Sergio Citti, le frère du comédien. Deux jeunes voyous (l'autre étant joué par Laurent Terzieff) y forment un étrange trio avec une fille mystérieuse, sur fond d'anarchisme et de foi. Le tout inscrit dans le paysage d'Ostie et de ses plages, dont l'une verra la fin violente de Pasolini par une nuit de novembre 1975... Soit juste avant qu'Ettore Scola ne poursuive l'exploration du sous-prolétariat romain entamée par les 2 films précédents. Mais pas de rédemption, ni de poésie, dans Affreux, sales et méchants, où un Nino Manfredi borgne dirige une famille nombreuse entassée dans une baraque d'un bidonville. La petite troupe vit de rapines, de mendicité, de prostitution, et de la retraite de la mémé. Le patriarche protégeant des convoitises le magot que représentent les indemnités payées pour la perte de son £il. Ce sommet d'humour noir, au réalisme mordant, suscite un rire grinçant, un rire énorme mais qui fait mal... Mario Monicelli ( Nous voulons les colonels), Dino Risi ( La Carrièred'une femme dechambre) et Lina Wertmüller ( Film d'amour et d'anarchie) pratiquent aussi la comédie acide, et abordent tous 3 la thématique du fascisme. Le 1er traite sur le mode de la farce jouissive une tentative avortée de coup d'Etat par des nostalgiques de Mussolini, Le 2e suit avec humour et ironie le parcours d'une accorte domestique devenant star de cinéma avec un détour par la couche (un buisson, en fait) du Duce, la 3e confondant parfois verve et agitation dans son portrait d'un anarchiste rêvant d'assassiner ce dernier. A l'extrême opposé, mais avec un talent fou, Luigi Comencini signe de son côté un des plus beaux mélodrames qui soient. Son Incompris, attaché aux rapports inaboutis d'un père veuf et de son fils aîné qu'il néglige et croit -à tort- insensible, est un chef-d'£uvre d'émotion. l LOUIS DANVERS