Zombillénium serait presque un parc d'attraction comme les autres s'il n'avait pas des morts pour employés. Le film, qui bénéficiera d'un scénario original, met en scène Hector, contrôleur des normes antipathique, qui décide de faire fermer le parc. Mais petit à petit, au contact des employés, il va lui-même se transformer en monstre et se joindre à cette équipe.

Arthur de Pins, auteur et dessinateur de Zombillénium, avait ce projet de film depuis plusieurs années, avant même de créer la bande dessinée. On apprend d'ailleurs sur Allociné qu'il avait commencé par travailler dans l'animation. "La BD, c'est le cinéma du pauvre. Je crois que c'est Hugo Pratt qui disait ça et je suis assez d'accord. Pour moi, l'adaptation en film d'animation, c'était vraiment la suite logique", dit-il. Il coréalise le long-métrage avec Alexis Ducord, tandis que c'est Henri Magalon qui le produit. Selon ce dernier, l'objectif était "vraiment de faire une comédie familiale avec des zombies, ce qui n'est quand même pas très fréquent."

Depuis 2010, Arthur de Pins a publié trois albums de Zombillénium. Il a l'intention de continuer sa BD après le film et a déjà tout prévu: "ça va être six tomes, et ça va être un truc qui se boucle, comme un cycle. Je connais la fin, j'ai déjà écrit le tome 4, et je sais ce qui se passera dans les tomes 5 et 6. Il y aura peut-être autre chose après, qui ne s'appellera plus Zombillénium, où je vais réutiliser les personnages. J'aurai sûrement envie de les faire vivre davantage."

Zombillénium serait presque un parc d'attraction comme les autres s'il n'avait pas des morts pour employés. Le film, qui bénéficiera d'un scénario original, met en scène Hector, contrôleur des normes antipathique, qui décide de faire fermer le parc. Mais petit à petit, au contact des employés, il va lui-même se transformer en monstre et se joindre à cette équipe.Arthur de Pins, auteur et dessinateur de Zombillénium, avait ce projet de film depuis plusieurs années, avant même de créer la bande dessinée. On apprend d'ailleurs sur Allociné qu'il avait commencé par travailler dans l'animation. "La BD, c'est le cinéma du pauvre. Je crois que c'est Hugo Pratt qui disait ça et je suis assez d'accord. Pour moi, l'adaptation en film d'animation, c'était vraiment la suite logique", dit-il. Il coréalise le long-métrage avec Alexis Ducord, tandis que c'est Henri Magalon qui le produit. Selon ce dernier, l'objectif était "vraiment de faire une comédie familiale avec des zombies, ce qui n'est quand même pas très fréquent."Depuis 2010, Arthur de Pins a publié trois albums de Zombillénium. Il a l'intention de continuer sa BD après le film et a déjà tout prévu: "ça va être six tomes, et ça va être un truc qui se boucle, comme un cycle. Je connais la fin, j'ai déjà écrit le tome 4, et je sais ce qui se passera dans les tomes 5 et 6. Il y aura peut-être autre chose après, qui ne s'appellera plus Zombillénium, où je vais réutiliser les personnages. J'aurai sûrement envie de les faire vivre davantage."