Quand on le rencontre ce jour-là, Morgan Di Salvia est comme depuis des années hyperactif mais détendu. Alors qu'il est encore en train d'accrocher les dessins et originaux de Johan De Moor aux murs de "son" centre culturel de Quaregnon pour l'exposition qu'il inaugure le surlendemain, Morgan vient de faire un saut (75 kilomètres) jusqu'au festival Cosmos des Littératures jeunesse, à Schaerbeek, histoire de saluer des amis et d'assister à l'Ariol's Show d'Emmanuel Guibert, avec lequel il animera, sur place, une rencontre dès le lendemain. "C'est un échange de bons procédés, nos deux festivals se déroulent à deux semaines d'intervalle, on a quelques animations et auteurs en commun. Ils ont ici la même approche autour de la littérature jeunesse que nous autour de la BD: souvent, dans les centres culturels, on ne traite pas de ces matières comme on traite du théâtre ou des arts plastiques. Ça se résume souvent à des foires au boudin avec des séances de dédicaces obligatoires et minutées. En cinq éditions du RDVBD, on a prouvé à Quaregnon qu'on pouvait faire autrement, et organiser un "vrai" festival avec des invités, des expos, des ateliers, des animations... C'est un petit festival qui n'a jamais prétendu devenir plus grand -on accueille environ 1 000 personnes chaque fois- mais on l'a organisé comme tous nos événements culturels: on ne promet jamais aux artistes qui viennent chez nous que la salle sera pleine -c'est rarement le cas-, par contre j'aime qu'ils repartent d'ici en se disant qu'ils y ont reçu le meilleur accueil." Amateur de BD, organisé, productif, attentif au bien-être des auteurs, qui le lui rendent bien... Tout menait Morgan Di Salvia au journal Spirou, qu'il rejoint dès le 1er juin prochain.

De Schlirf Book à Spirou

Né en 1981 à Quaregnon, Morgan s'en vient "koter" à Bruxelles pendant ses études en Histoire contemporaine -son mémoire consacré à Progrès Films deviendra d'ailleurs un livre aux éditions du Cerisier en 2015. Le parcours de ce féru de BD prend alors un premier virage qui semble le conduire tout droit à Spirou: "J'avais doublé ma deuxième candidature, mais avec très peu de cours à repasser. J'ai donc cherché un boulot, en envoyant mon CV à trois libraires, dont Brüsel et Schlirf Book. Il m'a répondu, et ça a changé ma vie." Devenu libraire, chez Schlirf Book mais aussi chez Tropismes, Morgan Di Salvia commence à développer son réseau BD, ce qui le mène à devenir une des chevilles ouvrières du site ActuaBD et "à travailler avec 90% des éditeurs belges" pour qui il rédige des dossiers de presse, assure des animations ou écrit des préfaces d'intégrales, dont la dernière en date Jojo, du regretté André Geerts, lui tient particulièrement à coeur -"il me reste un volume à écrire, je voudrais le faire avant de prendre mes fonctions, c'est un des boulots dont je suis le plus fier".

© Johan De Moor

Une passion parallèle mais dévorante pour la bande dessinée qu'il n'abandonne pas en rejoignant il y a dix ans le centre culturel de Quaregnon, d'abord comme animateur, puis en en devenant le directeur il y a cinq ans. Une décennie qui lui aura permis de sortir ce centre culturel du lot des 119 autres de la Fédération Wallonie-Bruxelles, via une programmation éclectique, de nouveaux rendez-vous comme ce RDVBD, une force de travail peu commune et un carnet d'adresses qui ne cesse de grandir -il invite ainsi Baru, Bertrand Belin ou David Murgia, et fréquente beaucoup la paire Hugues Dayez/Rudy Léonet, pour laquelle il rédige deux livres d'entretiens et monte, à Quaregnon, le premier spectacle de Critic on Demand. Aussi, lorsque les éditions Dupuis décident abruptement de se séparer de Florence Mixhel, nommée rédactrice en chef à peine un an plus tôt, le nom déjà cité à maintes reprises de Morgan Di Salvia pour prendre les rênes du mythique journal BD revient sur le tapis. Cette fois pour ne plus le quitter, et auréolé d'un unanimisme rare.

Pour mener à bien ce "rêve de gosse", Morgan a conscience des parallèles qui existent entre cette fonction de rédacteur en chef et la direction d'un centre culturel: "Je suis rodé aux boulots chronophages, j'ai passé l'année dernière 90 soirées au Centre, à une heure de chez moi (Morgan habite désormais à Bruxelles, avec femme et enfants, âgés de 4 et 8 ans, NDLR). Je viens de prendre connaissance des comptes, ce qui me rapproche de mon travail habituel de gestionnaire de projet. Et puis j'ai appris à gérer les sensibilités d'artistes, je sais que ça représente une grosse partie du boulot." Un boulot pour lequel il cite déjà quelques lignes de conduite -"mettre les auteurs dans les meilleures conditions; proposer du divertissement de qualité; choyer le jeune lectorat en faisant attention aux anciens; parler de l'époque qu'on traverse à travers la fiction; continuer à écrire"- et qui lui offrira dès juin une nouvelle visibilité. De quoi peut-être étoffer sa collection insolite de citations et courriers contenant une erreur dans son nom -"J'en suis à 32 orthographes différentes, j'ai hâte d'en découvrir de nouvelles! (sourire)"

Cinquième édition du festival gratuit RDVBD: le 18/05 à l'Hôtel de Ville de Quaregnon. www.maisonculturellequaregnon.be

Expo Johan De Moor. Pop fantasque: jusqu'au 08/06 à la Maison Culturelle de Quaregnon. www.maisonculturellequaregnon.be