Le prix Femina a été attribué au Français Marcus Malte, 49 ans, pour son roman Le garçon (Zulma), a annoncé mardi à Paris le jury de ce prix littéraire exclusivement composé de femmes.

Le prix Femina du roman étranger a été attribué à Rabih Alameddine, d'origine libanaise, pour Les vies de papier (Les Escales) et le Femina de l'essai à Ghislaine Dunant pour Charlotte Delbo, La vie retrouvée (Grasset).

Marcus Malte a obtenu sept voix contre trois à Nathacha Appanah (Tropique de la violence (Gallimard)) pour ce roman de plus 500 pages qui nous invite à traverser le début du 20e siècle aux côtés d'un garçon sans nom.

"Ce livre est une grande épopée, une histoire magnifique qui ressuscite le mythe de l'enfant sauvage qui parvient à la civilisation", a déclaré Mona Ozouf, présidente du prix Femina.

"C'est un grand roman d'apprentissage, une allégorie de l'ensauvagement des hommes par la guerre", a ajouté la présidente. "Le garçon" dont nous parle Marcus Malte ne sera jamais nommé. "Même l'invisible et l'immatériel ont un nom, mais lui n'en a pas".

Cette histoire qui s'étale de 1908 à 1938 tient à la fois de la fresque historique - on y parle beaucoup de la "boucherie" de la Première guerre mondiale - et du roman d'initiation.

Marcus Malte est l'auteur d'une dizaine de romans, dont Garden Of Love.

Le prix Femina a été attribué au Français Marcus Malte, 49 ans, pour son roman Le garçon (Zulma), a annoncé mardi à Paris le jury de ce prix littéraire exclusivement composé de femmes.Le prix Femina du roman étranger a été attribué à Rabih Alameddine, d'origine libanaise, pour Les vies de papier (Les Escales) et le Femina de l'essai à Ghislaine Dunant pour Charlotte Delbo, La vie retrouvée (Grasset).Marcus Malte a obtenu sept voix contre trois à Nathacha Appanah (Tropique de la violence (Gallimard)) pour ce roman de plus 500 pages qui nous invite à traverser le début du 20e siècle aux côtés d'un garçon sans nom. "Ce livre est une grande épopée, une histoire magnifique qui ressuscite le mythe de l'enfant sauvage qui parvient à la civilisation", a déclaré Mona Ozouf, présidente du prix Femina. "C'est un grand roman d'apprentissage, une allégorie de l'ensauvagement des hommes par la guerre", a ajouté la présidente. "Le garçon" dont nous parle Marcus Malte ne sera jamais nommé. "Même l'invisible et l'immatériel ont un nom, mais lui n'en a pas".Cette histoire qui s'étale de 1908 à 1938 tient à la fois de la fresque historique - on y parle beaucoup de la "boucherie" de la Première guerre mondiale - et du roman d'initiation.Marcus Malte est l'auteur d'une dizaine de romans, dont Garden Of Love.