Dès les premiers riffs de guitare, on s'est remémoré le titre du tube de feu David Bowie. On l'a éhontément volé pour donner son nom à cet article. Modern family aussi aurait pu coller mais, s'il est bien question d'une famille dans La Trajectoire des confettis, celle-ci est de loin plus subversive que la charmante tribu de la série du même nom dont on enchaîne les épisodes, pensant trouver quelque réconfort en ces temps troublés.
...

Dès les premiers riffs de guitare, on s'est remémoré le titre du tube de feu David Bowie. On l'a éhontément volé pour donner son nom à cet article. Modern family aussi aurait pu coller mais, s'il est bien question d'une famille dans La Trajectoire des confettis, celle-ci est de loin plus subversive que la charmante tribu de la série du même nom dont on enchaîne les épisodes, pensant trouver quelque réconfort en ces temps troublés. Un cliché persistant voudrait que les moeurs québecoises soient, disons, plus relâchées que dans la vieille Europe. Marie-Ève Thuot ne contredit pas vraiment cet a priori, et les personnages qu'elle fait se débattre dans le Montréal de 2015 sont tous membres d'une famille pour le moins contemporaine. Alice vit avec Jacques; elle a élevé trois enfants, mais Jacques n'est pas leur père. Leur père, c'est Matthew, et Alice l'a quitté alors qu'elle était enceinte du troisième, et qu'il venait de lui annoncer qu'il avait entamé une relation avec Diane, enceinte de lui elle aussi... Les enfants? L'aîné, Zack, collectionnait les conquêtes féminines jusqu'à ce qu'il rencontre Charlie, une nymphomane avec qui il entretient une relation très libre. Louis, le cadet, très porté sur le sexe lui aussi, s'entête à présenter aux dîners familiaux des jeunes filles dont il se sépare systématiquement au bout de six mois. Alice ne prend plus la peine de se souvenir de leurs prénoms. Mais il y a aussi Xavier, l'enfant du milieu un brin complexé qui, lui, n'a plus eu la moindre relation sexuelle depuis seize longues années et un mystérieux voyage en Suède. Une troublante mythomane va débarquer dans sa vie et tout chambouler... Le récit est surprenant, parfois dérangeant, mais on dévore littéralement les pages (pourtant nombreuses), emporté par le style sensible, fluide, décomplexé (parfois très québecois), bref, résolument moderne de l'autrice. Ce qui passionne Marie-Ève Thuot, c'est l'évolution des mentalités à travers les âges, comme la sexualité, sans cesse rudoyée; avant que n'arrive le XXIe siècle, où " libido et procréation seraient à jamais dissociées, atteignant un degré d'indépendance inouï dans l'Histoire". Nous voilà alors projeté sans prévenir à la fin du XIXe siècle, où un prêtre, séduit par une jeune dévergondée, accepte de lire pour elle les passages de la bible les plus sulfureux à des paroissiens médusés; ou, plus loin, dans un futur proche dans lequel une étrange secte prône l'extinctionnisme... Des (més)aventures d'une famille (très) moderne à l'Histoire de l'humanité toute entière, Marie-Ève Thuot opère des changements de focale étourdissants, explore le déterminisme comme le hasard, les coïncidences, et tout ce qui est aussi imprévisibles que les gouttes sur les tableaux en dripping de Jackson Pollock ou... la trajectoire des confettis. Sacré bouquin.