Il y a longtemps, le monde est mort. Le réchauffement climatique a poussé les hommes à redevenir des pionniers, en s'installant dans le "Far North", dans les plaines de Sibérie et du Grand Nord, en respectant soi-disant les ressources locales. Rapidement, ce nouveau monde rempli de nouvelles villes s'est effondré lui aussi, rattrapé par le monde extérieur pas tout à fait éteint. Et aujourd'hui, il ne reste rien. Sinon le silence, les steppes et une ville à la fois champignon et fantôme dans laquelle il n'y a plus que Makepeace, com...

Il y a longtemps, le monde est mort. Le réchauffement climatique a poussé les hommes à redevenir des pionniers, en s'installant dans le "Far North", dans les plaines de Sibérie et du Grand Nord, en respectant soi-disant les ressources locales. Rapidement, ce nouveau monde rempli de nouvelles villes s'est effondré lui aussi, rattrapé par le monde extérieur pas tout à fait éteint. Et aujourd'hui, il ne reste rien. Sinon le silence, les steppes et une ville à la fois champignon et fantôme dans laquelle il n'y a plus que Makepeace, comme elle se surnomme. "Le silence règne, désormais. La ville est plus vide que le paradis. Mais avant ça, il y a eu des moments si durs que j'accueillais presque avec gratitude une bonne vieille tuerie entre adultes consentants." Makepeace, "née à l'aube trompeuse de ces jours anciens. Aube qui n'était rien d'autre qu'un crépuscule", qui veille l'arme à la main sur son potager et les quelques livres qu'elle arrive à sauver du Déluge. Une vie rude mais presque acceptable si elle est bien organisée: "Chaque fois que j'utilisais une balle, je m'en fabriquais cinq autres immédiatement. Cela faisait déjà un moment que j'en avais fait une règle. Mes balles revenaient très cher, aussi bien en termes de temps que de combustible pour les fondre." Or voilà que tout change: une petite Ping débarque dans sa solitude, éructant une langue inconnue. Et surtout, un avion passe dans le ciel. Ce vestige du monde d'avant doit bien aller quelque part. Alors Makepeace prend la route. Une route qui évoque évidemment celle, tragique, de Cormac McCarthy, mais aussi, de manière plus surprenante, les ambiances contemplatives des films de Terrence Malick et entre autres de sa Ligne rouge, mélange de guerre et de beauté organique. Les éditeurs aiment crier au culte dès qu'ils mettent des rééditions étrangères à leur catalogue, mais les enthousiasmantes éditions Zulma ne s'y sont cette fois pas trompées: la puissance de ce récit post-post-apocalyptique, qui remet en question jusqu'à la remise en question, et son acuité dix ans après sa première édition chez Plon, aussitôt épuisée, en font un livre que tous les amateurs de roman d'aventures, de dystopie, et de science-fiction, mais aussi de littérature juste blanche et brillante, sont en mesure d'apprécier. Le grand roman d'un journaliste et grand reporter, entre autres en Ukraine et dans les ruines abandonnées et radioactives de Tchernobyl. Une atmosphère qui d'évidence l'a marqué, et imprègne chaque page de ce remarquable et glaçant Au nord du monde.