Un groupe mondial actif et omniprésent dans les médias traditionnels (presse, radio, TV), le sport, l'hôtellerie, l'aéronautique, les banques et la métallurgie. Un chiffre d'affaires de 743 milliards de dollars, un compte de résultats consolidé à 26 milliards, 480 063 employés à travers le monde et une fortune personnelle de son "executive management", Largo Winch, estimée à plusieurs centaines de millions. Le Groupe W, empire financier et industriel du nom de son machiavélique fondateur Nerio Winch, n'a visiblement aucun souci économique à se faire.
...

Un groupe mondial actif et omniprésent dans les médias traditionnels (presse, radio, TV), le sport, l'hôtellerie, l'aéronautique, les banques et la métallurgie. Un chiffre d'affaires de 743 milliards de dollars, un compte de résultats consolidé à 26 milliards, 480 063 employés à travers le monde et une fortune personnelle de son "executive management", Largo Winch, estimée à plusieurs centaines de millions. Le Groupe W, empire financier et industriel du nom de son machiavélique fondateur Nerio Winch, n'a visiblement aucun souci économique à se faire. Mais ça, c'était avant que le tourisme spatial, la vente en ligne et les voitures électriques ne fassent basculer l'économie dans le nouveau millénaire, et que l'orphelin le plus riche du monde ne se fasse tailler des croupières par plus jeune, plus riche et plus ambitieux que lui: "Winch est un magnifique gardien de musée de la vieille économie, genre pétrole, mines, cargos, tous ces trucs polluants. Et puis, je suis plus beau que lui", assène ainsi Jarod Manskind, à la tête, avec sa bombe de femme, du groupe Manskind, actif, lui, "dans les nouvelles technologies, Internet, le luxe, le spatial...". Autant de nouveaux défis pour le patron du Groupe W, devenu icône pop depuis l'adaptation de sa vie et de ses aventures en bande dessinée, série ou films, et qui, de fait, doit un peu se renouveler à l'approche de ses 50 ans. C'est à l'âge de 26 ans que Largo Winch, né Largo Winczlav au Monténégro, dans ce qui était encore la Yougoslavie, fut projeté à la tête de l'immense Groupe W bâti par son père adoptif... qu'il a à peine connu, puisque élevé dans le plus grand secret, très loin de la jungle de la finance internationale. Héritier du groupe à la mort, très suspecte, de son père, le jeune homme fera aussitôt face aux complots les plus sourds de ses ennemis et, parfois, de son propre "board" pour l'évincer voire l'occire - surtout que Largo Winch a gardé "sa mentalité d'orphelin" et possède, quelle horreur, une conscience, la pire des menaces pesant sur les chiffres d'affaires! Sa vie de millionnaire sera donc parsemée de tentatives de meurtre, de complots et de luttes sanglantes au cours desquels il fera face à des business et des hommes d'affaires généralement corrompus jusqu'à l'os, quelles que soient les affaires en question. Lesquelles ont touché à tous les aspects de la finance et de la criminalité internationales, pas toujours en col blanc: OPA sauvage, trading à haute fréquence, placements en Bourse, titrisations, fake news, blanchiment d'argent, réseaux mafieux, complots... Rien n'est épargné au milliardaire atypique, mais jusqu'ici coincé dans la vieille économie. Dans La Frontière de la nuit (1) , qui paraît ce 5 novembre, le voilà désormais prêt à "opérer une mutation importante" qui l'enverra même dans la stratosphère pour se mesurer aux nouveaux "tycoons" de l'économie mondiale. Mais ce, sans perdre évidemment de son empathie et de son humanité, si rares dans ces hautes sphères: s'il investit aujourd'hui dans les batteries au lithium et dans les mines d'étain plutôt que dans le pétrole, pas question pour autant d'y faire travailler des enfants dans des "cloaques à ciel ouvert": Largo Winch a sa conscience éthique et écologique pour lui. "Je ferme la mine pour rénovation, entre-temps, les employés continueront à toucher leur salaire", annonce-t-il ainsi à l'un des ses employés, avec sur le dos et tout autour de lui, les enfants qu'il vient de sauver de sa propre exploitation indonésienne. "Et les commandes en cours?" "Annulées!"