Pas de nostalgie dans Le Dernier Atlas, revisitant de fond en comble la thématique du robot-géant, pour ce qui restera une des meilleures miniséries de ces dernières années.