...

Enfin. Après les trois tomes de La Guerre d'Alan, de 2000 à 2008, et L'Enfance d'Alan, en 2013, le surdoué Emmanuel Guibert poursuit son grand oeuvre, soit la biographie quasiment exhaustive d'Alan Ingram Cope, anonyme mais ancien GI resté en France après la Seconde Guerre mondiale, qu'Emmanuel Guibert a un jour rencontré par hasard, pour ne plus jamais le quitter. Chaque tome est aussi l'occasion de recherches graphiques et formelles hors normes: l'auteur narre ici, via cette fois de grandes illustrations et des doubles pages horizontales colorisées sur des films transparents, un bref moment de l'enfance d'Alan, dans la Californie des années 30. Soit sa rencontre avec la petite Martha, qui le marquera à vie. Né en 1978 dans les pages de Spirou, Broussaille a marqué toute une génération de lecteurs, par l'originalité de ses histoires et sa poésie un peu rugueuse qui lui a donné son nom. Les Baleines publiques reste un chef-d'oeuvre absolu, qui ouvre d'ailleurs cette intégrale très attendue et en deux tomes. Une belle année pour Frank Pé qui sortira le même jour son "Spirou de", avec Zidrou, baptisé La Lumière de Bornéo. Laurent Galandon aime les docu-fictions aux résonances sociales (il est le scénariste entre autres de LIP et du Contrepied de Foé). Celui-ci ne devrait laisser personne indifférent: L'Appel sera le récit fictif mais extrêmement documenté d'une mère dont le fils vient de partir en Syrie pour y faire le djihad. Récit sur la radicalisation d'un fils et l'incompréhension d'une mère -le gamin s'appelle Benoît, et n'est même pas croyant-, il devrait être le premier d'une longue liste. Il est toujours dangereux de rencontrer son auteur de BD favori: ne pouvant se cacher derrière ses personnages, sa vraie nature apparaît au grand jour. Morgan Navarro a décidé de nous livrer un aspect de sa personnalitéet c'est un p... de réac! Lui qui nous raconte des histoires de jeunes banlieusards "possessed to skate" qui aiment la fumette et le sexe, nous voilà devant un pénible donneur de leçons et... c'est très drôle. Mais vu les réactions compilées à la fin de l'ouvrage (il était précédemment publié sur le site du Monde), la polémique ne fait que commencer. Le dernier assaut de Tardi porte bien son nom, puisqu'il a lui-même déjà insisté là-dessus: ce sera sa dernière mise au point sur la Grande Guerre, qui le fascine et habite son oeuvre au noir depuis plus de 30 ans. Soit l'errance d'Augustin le brancardier entre tranchées et ligne de front, pour régler une dernière fois ses comptes avec la cruauté des chefs et la bêtise humaine. Un acte final qui s'accompagnera cette fois d'un CD de douze chansons pour se remettre, encore plus, dans l'ambiance de l'époque. L'année 2016 devait être celle de Lastman: elle le sera! Outre un neuvième tome des aventures entre manga, SF, heroic fantasy et dialogues à la française de Adrian, Richard, Elorna et co. -en gros c'est plus que jamais le souk des deux côtés du Rift-, la saga Lastman se... détriple enfin, comme elle l'entendait à l'origine: le jeu vidéo Lastfight est enfin disponible en ligne et le sera bientôt sur les consoles PS4 et Xbox One, et le dessin animé arrive sur France 4. Un dessin animé, préquel de la série BD, qui aura fait beaucoup parler de lui cet été, en se lançant dans un vaste crowdfunding pour boucler son (gros) budget: les auteurs avaient besoin de 75 000 euros minimum. Ils en ont déjà récolté le double mais en espèrent au final... cinq fois plus, pour se permettre de finir comme ils l'entendent douze épisodes supplémentaires. En tout cas, Lastman est partout: cette partie-là du pari est déjà réussie. L'Américain Daniel Clowes ne manque pas d'humour: appeler Patience sa première nouveauté depuis cinq ans et Mister Wonderful... Mais la patience est une vertu, et sera récompensée: sorti en mars aux USA, ce nouveau roman graphique est précédé d'une réputation élogieuse et déjà considéré comme l'oeuvre la plus aboutie de l'auteur de Ghost World et du Rayon de la mort. Soit une histoire d'amour et de meurtre sur fond de voyage dans le temps, où le héros, pour sauver la vie de sa femme, plonge littéralement dans le passé de celle-ci et y découvre... ce qu'on ne devrait jamais connaître de l'intimité de l'autre. Entre SF, humour et philosophie, cette Patience s'annonce de fait comme un grand cru. Le premier tome traitait de ses premières années en Libye. Le deuxième suivait le petit Riad, encore blond et bouclé, dans sa petite enfance syrienne. Le troisième tome, situé entre 1985 et 1987, verra le petit Franco-Syrien revenir doucement vers la France, pour s'installer en Bretagne... Petit bijou de roman graphique et autobiographique, L'Arabe du futur est devenu un phénomène éditorial (1 million d'exemplaires vendus dans le monde jusqu'à présent!) qui ne semble pas près de s'arrêter. Le duo Catel et Bocquet est de retour avec, comme d'habitude, un remarquable roman graphique consacré à la biographie d'une femme forte et/ou féministe, et à redécouvrir. Après Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouges, voilà donc 500 planches consacrées à celle qui fut bien plus qu'une figure d'un music-hall parisien, bien au-delà de l'image, pourtant en couverture, de la créature exotique habillée d'une ceinture de bananes. Raconter en BD la vie d'Arthur Fellig, alias Weegee, célèbre photographe des bas-fonds de New York dans les années 40, le pari était risqué. Max de Radiguès et Wauter Mannaert, deux jeunes auteurs bruxellois, le relèvent pourtant avec maestria, s'attachant autant à lustrer la légende (sa dégaine de clodo, ses nuits de maraude, ses scènes de crime...) qu'à éventer les petits travers (son sale caractère et son obsession pour la célébrité en tête) qui révèlent l'homme derrière les clichés. Un scénario solide électrisé par un trait expressif seyant parfaitement à l'ambiance poisseuse de cette Amérique des laissés-pour-compte. Mai 40: en route vers le front, le soldat Videgrain, estafette à moto de la plus très fière armée française, croise les colonnes de civils fuyant les combats. Il n'en mène pas large, déjà qu'il est dans le collimateur de son adjudant, et voilà qu'il a perdu son unité. Cette guerre n'est pas la sienne, lui qui est instituteur dans la vie, et sa femme lui manque. Un nouveau Rabaté, ça se fête toujours, surtout quand il est dans la même veine qu'Ibicus. Comme d'habitude, dialogues savoureux au programme!