"Alstublieft", c'est "s'il-vous-plaît", en néerlandais. Une précision qui pourrait se révéler bien utile, si vous comptez vous rendre à l'incontournable et bouillonnant événement culturel de Montpellier, qui se tiendra les 25, 26 et 27 mai prochains: la Comédie du livre, l'un des salons littéraires les plus importants de France, qui réunit auteur.e.s, éditeurs.trices et librairies.
...

"Alstublieft", c'est "s'il-vous-plaît", en néerlandais. Une précision qui pourrait se révéler bien utile, si vous comptez vous rendre à l'incontournable et bouillonnant événement culturel de Montpellier, qui se tiendra les 25, 26 et 27 mai prochains: la Comédie du livre, l'un des salons littéraires les plus importants de France, qui réunit auteur.e.s, éditeurs.trices et librairies. De fait, cette année, c'est la littérature flamando-batave qui est sur le podium d'honneur, dans la grande métropole du sud. Et pas qu'un peu: jamais, de mémoire de salon du livre ou d'événement littéraire mondial, n'a-t-on vu autant d'auteur.e.s néerlandophones de Belgique et des Pays-Bas réunis et célébrés. Une chance, pour nous autres, lecteurs francophones, qui ne maitrisons pas tous parfaitement la langue d'Emile Verhaeren et de Hugo Claus (deux grands poètes belges néerlandophones), cette fameuse langue dite "de Vondel" (ndlr: Joost van den Vondel est considéré comme LE créateur du théâtre classique néerlandais). Bref, c'est une occasion unique et rare de découvrir le talent de trente écrivain.e.s, illustrateurs.trices et BDistes belges et néerlandais.es, dont le marché, en raison de la langue, est plutôt restreint, si on le compare à celui d'auteurs.trices francophones ou anglophones. En vrac, vous pourrez ainsi découvrir la prose de la chroniqueuse belge Lize Spit, qui signe, avec Débâcle, un premier roman déstabilisant, une espèce d'"été meurtrier" qui met un brin mal à l'aise. Incontournable aussi, La Vallée tueuse, de l'auteur et journaliste néerlandais Franck Westermann, une enquête scientifique basée sur une histoire vraie: une nuit de pleine lune, à l'été 1986, un lac, au Cameroun, qui change de couleur, une odeur d'oeufs pourris et près de 2000 morts, dans une vallée, suite à un mystérieux dégazage de CO2. Cela fait trente ans que se bousculent théories du complot et mythes et que les scientifiques se cassent les dents sur cette énigme. Passionnant. Même l'auteur de l'affiche de cette année est un Belge néerlandophone: Brecht Evens, un inclassable BDiste qui bouscule les codes du neuvième art, en mêlant peinture et BD. Samedi 26 mai, à 16h00, il évoquera son prochain livre, Les Rigoles, à paraître en septembre chez Actes Sud.Cette édition de la Comédie du livre est aussi l'occasion de faire connaissance avec des noms (peut-être) moins connus, mais qui ont pourtant signé des oeuvres tout à fait remarquables: la dessinatrice Judith Vanistendael (fille du poète bruxellois Geert Van Istandael) qui présente sa BD La Jeune fille et le nègre, l'auteur de BD néerlandais Erik Kriek, qui parodie des comic books de super-héros américains, ou encore le Belge Pieter Coudyzer, réalisateur de courts métrages et auteur d'un premier roman graphique étrange et oppressant: L'Arborescent... "Nous sommes très fiers car il n'y a jamais eu de festival littéraire dans le monde qui a porté une telle attention à notre littérature", commente ainsi Bart Hoftseele, l'attaché culturel à l'ambassade des Pays-Bas. "C'est unique d'avoir 30 écrivains de la Flandre et des Pays-Bas à l'étranger pour montrer la richesse de nos littératures." Et là, on a très envie de dire "Dank U" (merci) à l'opération Les Phares du Nord (portée par le Fonds flamand des Lettres et la Fondation néerlandaise des Lettres) qui vise à promouvoir et à diffuser la littérature néerlandophone en France.