L'édito: Je râle donc je suis

En 2010, un fringuant nonagénaire poussait une gueulante dans un petit livre séditieux, devenu en quelques semaines un véritable phénomène éditorial. Stéphane Hessel y sommait la jeunesse de retrouver le goût de l'indignation, dilué selon lui dans les eaux saumâtres du consumérisme et du fatalisme. "Les raisons de s'indigner peuvent paraître aujourd'hui moins nettes ou le monde trop complexe. (...) Mais dans ce monde, il y a des choses insupportables. Pour le voir, il faut bien regarder, chercher."

L'édito: Remède à la mélancolie

Parce que la forêt amazonienne part en fumée, parce qu'on élève des vaches qui mangent le soja cultivé sur les parcelles réduites en cendres du Brésil, parce que l'inconnu habite toujours au 16 rue de la Loi, (...)

Édito: La rentrée en pente raide

Et c'est reparti pour un tour! Ah bon, parce qu'il y a eu une pause? En théorie, oui. Chacun devrait se sentir reposé après avoir fait le vide dedans et dehors, avoir retiré la prise pour quelques semaines comme nous y invitent hardiment les experts du bien-être et les zélotes de la pleine conscience. Le jeûne et la cure de jus d'algues sont en option...

L'édito: Un risque à prendre

"Pour vivre une expérience de surprise véritable, encore faut-il sans doute accepter que l'on ne sait pas toujours ce que l'on cherche."

L'édito: l'histoire sans fin

Il paraît que l'ultime épisode de Game of Thrones a fait grincer des dents. Un final très décevant apparemment. Comme l'a été du reste cette dernière saison pourtant attendue comme la pluie au Sahel, au point qu'une pétition exigeant que HBO revoie sa copie a déjà recueilli plus d'un million de signatures...

L'édito: Coming out

On parle beaucoup en ce moment des minorités et des majorités silencieuses. Homos, trans, queer, féministes, Noirs... Tous font entendre leurs voix, parfois discordantes d'ailleurs, pour exiger qui le respect, qui une reconnaissance, qui une égalité de traitement, qui simplement le droit de passer inaperçu.

L'édito: Cannes, amour, gloire et beauté

Même si le festival des festivals a un peu perdu de son âme, il n'empêche: le déferlement de stars, d'artistes accomplis, de nouveaux talents, de tycoons héliportés dans ce carré VIP du show-biz international rend la pilule d'une vie ordinaire encore plus amère que les 50 autres semaines de l'année pour le commun des mortels.

L'édito: Péril en la demeure

Si l'être humain était doté du minimum de jugeote qu'on lui prête ou qu'il prétend détenir, il devrait s'alarmer fissa de la fin prochaine du monde. Pas en mode décontracté de celui qui envisage de faire un geste pour le climat en troquant ses coton-tiges en plastique contre des modèles en bambou. Mais bien en mode panique totale de celui qui interrompt brutalement le cours normal de son existence pour tenter d'éteindre l'incendie qui a déjà ravagé le rez-de-chaussée de son habitation.

L'édito: Elle est belle la jeunesse!

Le pluriel s'impose: on parlera des littératures jeunesse plutôt que de la littérature jeunesse. Par sa variété de paysages, de reliefs et de populations, ce secteur ressemble en effet bien plus à un vaste continent qu'à un lopin de terre cerné de barbelés.

L'édito: Mesdames et messieurs, votre attention s'il vous plaît...

Sur le papier, les deux événements n'ont pas grand-chose à voir. D'un côté la dernière saison d'une série télé phénomène, Game of Thrones, de l'autre l'incendie d'un emblème de Paris, de la France et de l'Occident. Une oeuvre de pure fiction peuplée de dragons née dans l'imagination débordante de George R.R. Martin, romancier américain au physique de capitaine Igloo, versus un monument historique, témoin et acteur de l'Histoire depuis des temps reculés. Et pourtant...

[L'édito] Temps de lecture: 2 minutes

À ceux qui lui reprochaient ses éternels retards aux rendez-vous qu'elle leur fixait, la romancière et essayiste américaine Susan Sontag avait l'habitude de rétorquer: "Je n'en peux rien si les gens sont assez stupides pour ne pas emporter un livre avec eux."

L'édito: Agnès Varda, la belle personne

À 90 ans, Agnès Varda a donc rejoint Jacques Demy au cinema paradiso. Elle n'aura pas régné avec insolence sur le cinéma français comme un Chabrol ou un Truffaut mais elle l'aura illuminé de l'intérieur pendant un demi-siècle, lui insufflant jusqu'au bout cette fantaisie et cette espièglerie qui s'accommodent mal des formatages de l'industrie, et condamnent celui ou celle qui cultive jalousement son jardin des délices à être un éternel vagabond.

L'édito: Fête des pères

C'est un fait, la famille est désormais un territoire mouvant qui évolue au gré des aléas, des vicissitudes, des envies, des rencontres. Sa composition et sa forme ne sont plus gravées une fois pour toute dans le marbre de la tradition.

Édito: La grande évasion

On est repassé deux fois devant pour être certain qu'il ne s'agissait pas d'un canular. Pas de doute, La Clusaz, station familiale de Haute-Savoie perchée à 1040 mètres au-dessus du niveau de la mer -mais visiblement pas de la bêtise ordinaire-, accueille bien au coeur de son village préservé un escape game.

L'édito: Prose combat

On ne pourra plus reprocher aux intellectuels en général et aux écrivains en particulier de se tenir à l'écart des soubresauts du monde. Après un passage à vide dicté par les lois du versant le plus paresseux de l'autofiction, la plupart ont (re)pris l'habitude d'ouvrir les fenêtres de leurs tours d'ivoire pour observer l'incendie qui fait rage dans la cité.

L'édito: Chassez le surnaturel...

L'impasse dans laquelle nous a conduits notre foi aveugle dans la science et le progrès, dont le cours naturel a été dévoyé par l'économie de marché, conduirait-elle certains à envisager aujourd'hui de renouer avec la terre, son humus et ses mystères?

L'édito: Ligue du LOL et culture clash

"Peut-on encore prétendre que le Net est un espace de libre expression qui fait avancer la cause commune? Le débat y est confisqué par les plus virulents, les plus teigneux."

L'édito: Parfum de femmes

Au-delà des déclarations d'intention, des belles promesses et de quelques mises à l'index retentissantes mais étonnamment circonscrites à l'un ou l'autre secteur, la vague #MeToo a-t-elle changé fondamentalement la donne? Les femmes sont-elles plus respectées -dans la rue, au boulot ou à domicile-, mieux représentées, plus écoutées depuis que le furoncle du sexisme a éclaté?

L'édito: Batman vs Agent orange

On fête cette année les 80 ans de Batman. Toujours admiré, le Chevalier noir n'est pourtant plus que l'ombre de lui-même. Il ne s'est jamais remis de sa grosse dépression des années 80, dépeinte avec maestria par Frank Miller dans The Dark Knight Returns.