Une playlist mastoc, souvent mise à jour, avec les coups de coeur tous styles confondus de nos journalistes musique, et les liens vers ce qu'on a écrit sur chacun des artistes. De quoi vous inspirer à l'heure du grand confinement...

Se libérer de ses pensées, un exercice parfois compliqué en ces temps de confinement. Les gens chantent sur leur balcon, des écrits fleurissent sur lnternet. Nicolas Haulotte, un étudiant de l'IHECS, a trouvé un autre moyen de s'exprimer : sa voix, portée par la force des réseaux sociaux et la douceur d'une instrumentale. On s'intéresse de plus près à une initiative qui sort des sentiers battus.

Si l'écoute de musique en streaming semble plafonner, voire diminuer, en temps de confinement, les podcasts, eux, continuent d'attirer de plus en plus d'oreilles. En voici quelques-uns pour s'évader dans le casque.

Depuis le début des mesures prises par les gouvernements pour endiguer la pandémie de coronavirus, les artistes qui continuent à divertir leur public via les réseaux sociaux se font de plus en plus nombreux. Malgré les annulations de spectacles, de festivals, et de concerts, la culture n'est pas en berne, elle a envahi le web.

La fermeture des magasins suite au coronavirus inclut aussi les disquaires. Ces commerces, à la rentabilité déjà fragile en temps normal, souffrent aussi de cette crise. Le hashtag #LoveRecordStores a pour but de mettre en valeur ces disquaires sur les réseaux sociaux.

Suite à la fermeture des salles dans notre pays, la diffusion de plusieurs films belges a été écourtée, voir même annulée. L'initiative "Le cinéma belge à la maison!" propose une sélection de films via les plateformes de VOD.

Concerts sur le Net, podcasts à écouter au coin du feu, "house" party via les réseaux sociaux, etc. Voici quelques pistes musicales pour traverser au mieux la période de confinement. Toujours ça que le corona n'aura pas...

On avait prévu de vous parler entre autres du festival Listen! et des sorties ciné marquantes de la semaine. Le coronavirus en a décidé autrement. Alors on s'adapte.