À tâtons. Dans le champ culturel, ce sont sans nul doute eux qui ont été frappés en plein coeur, dans leur condition d'existence: depuis le vendredi 13 mars à minuit, les arts de la scène, qui reposent sur la rencontre directe entre artistes et spectateurs, ensemble et proches les uns des autres, sont à l'arrêt, en attente de directives officielles.

Un "plan de relance" francophone pour le cinéma et l'audiovisuel a été mis sur pied par la ministre compétente Bénédicte Linard (Ecolo) et le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel (CCA) de Fédération Wallonie-Bruxelles. Il a été communiqué vendredi. Parmi les mesures dégagées: de nouveaux appels à projets créatifs, et des aides spécifiques pour accompagner la réouverture des petits cinémas soutenus par la Communauté française.

Le gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires française (COCOF) et flamande (VGC) ont approuvé jeudi des mesures pour un montant de 8,4 millions d'euros en faveur du secteur de la culture et de la création. Parmi celles-ci, on relèvera la dotation d'un fonds de 5 millions d'euros permettant d'octroyer une aide exceptionnelle de maximum 1500 euros pour les travailleurs intermittents de la culture.

Bien malin celui ou celle qui peut dire avec certitude à quoi ressemblera la vie d'après. Assistera-t-on à un changement de paradigme radical débouchant sur un monde plus solidaire, plus conscient de ses responsabilités et moins obsédé par le profit et la consommation frénétique? Ou passé l'émoi de l'état d'urgence sanitaire, et une fois éloignée la perspective de la mort, se réveillera-t-on dans le même lit néolibéral qu'avant, et même peut-être "un peu plus pire", comme le pronostique joyeusement l'oracle Michel Houellebecq?

La culture est un bien de première nécessité, mais une nouvelle fois, le Conseil national de sécurité n'a rien proposé de tangible, mercredi. Humiliant, alors que le secteur attendait un traitement de choc. La confiance est rompue.

À la sortie de la Conférence interministérielle de ce mardi matin, qui s'est déroulée en présence des différents ministres de la Culture, Sophie Wilmès a déclaré espérer "ouvrir un petit peu la porte". Des décisions seront prises lors du prochain Conseil national de sécurité.

La période très spéciale que l'on vit en ce moment nous aura au moins appris une chose, ou plus exactement confirmé ce qu'on savait déjà plus ou moins: la culture, celle dont en temps normal tout le monde jure la main sur le coeur qu'elle est un rouage essentiel de nos démocraties et qu'il est vital de la protéger, ne pèse plus très lourd dans la balance quand le navire économique prend l'eau.

Ecolo a déposé cette semaine une proposition de loi visant la création d'un fonds d'urgence pour les artistes et techniciens du secteur culturel, de quoi "garantir un revenu de base pour tous les créateurs et techniciens de Belgique", communiquent mercredi le parti vert et sa députée fédérale Julie Chanson.

Brussels Expo équipera l'intégralité de ses espaces de purificateurs germicides dès juin 2020 afin de permettre à ses plus de 80.000 employés de relancer progressivement les activités et de contrer l'important déficit causé par la crise du coronavirus, annonce l'opérateur lundi dans un communiqué. Il s'agirait du "premier espace d'exposition "Covid-safe" au monde".