"C'est notre histoire", titrait récemment le magazine Les Inrockuptibles à propos de ce que l'on a coutume d'appeler la crise migratoire en Europe. Hélas, on ne le dirait pas. La plupart deportages qui so...

"C'est notre histoire", titrait récemment le magazine Les Inrockuptibles à propos de ce que l'on a coutume d'appeler la crise migratoire en Europe. Hélas, on ne le dirait pas. La plupart deportages qui sortent sur le sujet gomment la dimension humaine de la tragédie, celle à laquelle nous pourrions nous identifier, au profit de son aspect sensationnaliste. Photojournaliste russe né en 1980 à Moscou, Sergey Ponomarev ne cède pas aux sirènes du choc des photos. Au contraire, ses prises de vue picturales restituent avec beaucoup de justesse l'odyssée de ceux qui ont quitté leur pays dans l'espoir d'une vie meilleure. L'oeil de Ponomarev n'a pas son pareil pour rendre compte de la détermination à l'oeuvre, celle d'hommes qui marchent toujours tout droit devant eux, condamnés à ne pas se retourner. Il pointe aussi des êtres humains qui "ont commencé à imaginer et à construire de nouveaux espaces de vie pour eux-mêmes, changeant à tout jamais le visage de l'Europe". Qu'on le veuille ou non, pourrait-on ajouter.