Musique
...

MusiqueUne autre star viendra clôturer les festivités le dimanche 15 août : Anouar Brahem, l'oudiste tunisien qui n'a eu de cesse de jeter des ponts entre les musiques arabe et occidentale ces dernières dizaines d'années. Il s'agit d'une excellente occasion pour Jazz Middelheim d'ajouter à l'affiche quelques jazzmen influencés par la riche culture musicale arabe. Ce n'est pas votre tasse de thé ? Pas de problème. D'autres noms illustres comme Youn Sun Nah et le légendaire clarinettiste basse français Michel Portal seront au programme de ce dernier jour de festival. Toine Thys sera lui aussi à la fête le 15 août : il montera pas moins de trois fois sur scène au Club Stage avec Dervish, Overseas ft. Harmen Fraanje et Toine Thys 'Orlando'. Les dernières notes de la soirée résonneront avec Le Ravage d'Ali Baba, un projet non moins impressionnant et émouvant du batteur jazz belge Simon Plancke, qui s'est ici inspiré des récits de réfugiés, d'une part pour attirer l'attention du public sur la problématique des réfugiés et d'autre part pour collecter des fonds et travailler à une solution. Le Paradise City festival se tiendra les vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 août. Après les péripéties de cette année "Covid" et les mesures d'accompagnement qui ont suivi, l'organisation a décidé de déplacer le festival Paradise City à mi-août. Contrairement aux années précédentes, le festival ne célèbrera pas le début de l'été, mais le début d'une vie plus libre où nous pourrons à nouveau nous réunir par milliers et profiter de la compagnie des autres et de la musique.Le magnifique domaine du château de Ribaucourt, à Perk, reste le lieu où se déroulera cette sixième édition du festival. Chaque année, il s'en tient aux principes sur lesquels il s'est construit en 2014 : un mix entre le meilleur de la musique électronique, un public à l'esprit ouvert et un effort ferme pour que l'empreinte écologique soit la plus faible possible dans le processus.