"Weldi aborde la question de Daesh, mais ce n'est pas un film sur Daesh"

08/11/18 à 15:16 - Mise à jour à 15:16
Du Le Vif Focus du 01/11/18

Dévasté, un père aimant mais peut-être trop pressant tente de retrouver puis de comprendre son fils parti pour la Syrie dans Weldi de Mohamed Ben Attia, drame tunisien exemplaire de justesse et de sobriété qui pose les bonnes questions.

À l'origine du film, le témoignage à la radio tunisienne d'un père qui avait tenté en vain de retrouver son fils parti pour la Syrie gonfler les rangs de l'organisation terroriste État islamique. "J'étais au volant de ma voiture et j'ai dû m'arrêter tellement ce moment m'a bouleversé, raconte Mohamed Ben Attia. Pourtant, et c'est un peu horrible à dire, les témoignages de ce genre étaient devenus monnaie courante sur les ondes à cette époque. C'était avant le tournage de mon premier film, Hedi , en 2016. Cet homme se contentait de relater les faits. Il répétait très souvent "mon fils" tandis qu'il racontait l'aéroport, la Turquie, la frontière, la Syrie... Il était très précis, égrenait des détails, des dates, sans aucun pathos. C'est difficile à expliquer mais l'émotion que j'ai ressentie ne m'a plus quitté, et l'idée d'élaborer un film à partir de cette histoire s'est peu à peu imposée à moi, comme une évidence."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires