"Quatre films de Wallonie Bruxelles" seront projetés cette année au prestigieux festival de Toronto (Toronto International Film Festival, TIFF), indique le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tokyo fiancée, le nouveau Stefan Liberski dont on vous livrait les secrets de tournage l'an dernier, est notamment au programme des spectateurs canadiens. Ce film est basé sur le livre d'Amélie Nothomb Ni d'Eve ni d'Adam, une oeuvre qui reprend sous un autre angle l'histoire de Stupeurs et tremblements. Ce troisième long-métrage de cinéma du Bruxellois, après Bunker paradise et Baby Balloon, ne réservera donc pas sa "première mondiale" au gala d'ouverture du 29e FIFF de Namur, en octobre prochain, comme annoncé fin juillet par les organisateurs de l'événement.

Dans la même section du Cinéma du Monde contemporain, Pas son genre sera aussi projeté à Toronto. Intitulé Not My Type pour les cinéphiles anglophones, l'oeuvre de Lucas Belvaux est sortie dans les salles belges en mai dernier, poussée par des critiques généralement très positives. Le film fera au Canada sa première outre-Atlantique, selon le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel. Emmené par Emilie Dequenne, il a déjà remporté plusieurs sélections et prix dans des festivals de moindre renommée, comme le Festival du Film Romantique de Cabourg.

Deux jours, une nuit, des frères Dardenne, et Alleluia, de Fabrice du Welz, seront également de la partie à Toronto. Côté flamand, Waste Land, de Pieter Van Hees, et Welp, de Jonas Govaerts, complètent une délégation filmique belge plus que solide, encore agrémentée d'une présence dans différentes co-productions.

"Quatre films de Wallonie Bruxelles" seront projetés cette année au prestigieux festival de Toronto (Toronto International Film Festival, TIFF), indique le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tokyo fiancée, le nouveau Stefan Liberski dont on vous livrait les secrets de tournage l'an dernier, est notamment au programme des spectateurs canadiens. Ce film est basé sur le livre d'Amélie Nothomb Ni d'Eve ni d'Adam, une oeuvre qui reprend sous un autre angle l'histoire de Stupeurs et tremblements. Ce troisième long-métrage de cinéma du Bruxellois, après Bunker paradise et Baby Balloon, ne réservera donc pas sa "première mondiale" au gala d'ouverture du 29e FIFF de Namur, en octobre prochain, comme annoncé fin juillet par les organisateurs de l'événement.Dans la même section du Cinéma du Monde contemporain, Pas son genre sera aussi projeté à Toronto. Intitulé Not My Type pour les cinéphiles anglophones, l'oeuvre de Lucas Belvaux est sortie dans les salles belges en mai dernier, poussée par des critiques généralement très positives. Le film fera au Canada sa première outre-Atlantique, selon le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel. Emmené par Emilie Dequenne, il a déjà remporté plusieurs sélections et prix dans des festivals de moindre renommée, comme le Festival du Film Romantique de Cabourg.Deux jours, une nuit, des frères Dardenne, et Alleluia, de Fabrice du Welz, seront également de la partie à Toronto. Côté flamand, Waste Land, de Pieter Van Hees, et Welp, de Jonas Govaerts, complètent une délégation filmique belge plus que solide, encore agrémentée d'une présence dans différentes co-productions.