Dans le tout frais Mission: Impossible - Fallout, Tom Cruise, alias Ethan Hunt, se lance en chute libre depuis la stratosphère, roule à moto dans les rues de Paris sans casque (jusqu'à prendre la place de l'Etoile en sens inverse), poursuit un vilain à Londres en sautant de toit en toit... Tout cela à 56 ans et sans que personne s'en étonne. Moins bondissant mais tout aussi combatif et alerte, Denzel Washington, 63 ans, reprend son rôle de justicier implacable dans Equalizer 2, sorti cette semaine. Et on attend l'année prochaine le retour de Keanu Reeves, 53 ans, dans la peau de John Wick, veuf éploré qui, dans les deux premiers épisodes, éradiquait à lui seul la mafia russe parce qu'elle lui avait volé sa voiture et... tué son chien. Autant de héros qui savoureraient une retraite bien méritée s'ils avaient des remplaçants dignes de ce nom. Seulement voilà, le marché de l'action est désormais trusté par des personnages masqués ou en collant, aux pouvoirs décuplés par les effets spéciaux. Le bon vieux temps du film où les neurones du sauveur comptaient autant que ses muscles semble sinon révolu, en tout cas en voie de disparition. Heureusement, les papys font de la résistance. Ils n'ont pas dit leur dernier mot et espèrent bien susciter des vocations -à condition que Hollywood refasse confiance à un genre qui, quand il s'adapte à son époque, se révèle un divertissement riche d'enseignements. En se rappelant régulièrement à notre bon souvenir, Ethan Hunt et les autres pérennisent un genre sacralisé il y a tout juste 30 ans par Piège de cristal.
...