C'est assurément l'événement cinéphile de l'été: la sortie, dans quelques salles de Bruxelles et de Wallonie, de La Flor, du cinéaste argentin Mariano Llinás, une oeuvre aussi atypique que monumentale du long de ses près de quatorze heures, réparties en six épisodes embrassant chacun un genre différent autour des quatre mêmes comédiennes. Et une proposition cinématographique particulièrement excitante, saluée de Rotterdam à Locarno.
...