On le sait depuis la parution de The Act of Seeing, son livre sorti en 2015 en collaboration avec Alan Jones, le réalisateur Nicolas Winding Refn (Drive, Only God Forgives...) est un grand amateur de films de séries B et Z, d'exploitation, ainsi que de véritables nanars, soft-porn notamment. Dans ce bouquin, il présentait des affiches de films d'horreur et de fesse, ainsi que de polars cracra des années 50, 60 et 70, pour la plupart totalement inconnus, y compris du public initié. Lui est ensuite venue l'idée d'aller plus loin encore dans la défense et la propagation de ce délicieux "mauvais" goût. Durant l'été dernier, voilà que Refn investissait en effet une partie de son argent amassé grâce à ses très lucratifs tournages de publicités dans une plateforme de streaming du nom de bynwr.com. Un site dont il est curateur, destiné aux zinzins de son genre, aux amateurs de bizarreries, aux cinéphiles et cinéphages aussi élitistes que fétichistes. Un site gratuit, surtout.
...