"C'est qui, Halle Bailey? C'est Halle BERRY, pas Bailey. Ha, non... C'est pas la même. Purée, c'est quoi ce bébé? Elle a douze ans ou quoi? Une bonne tête de petite princesse, ouais, pas de doute là-dessus, mais c'est politique, pas de l'art, que de la faire jouer la Petite Sirène. Tu lis les gens sur Twitter, qu'une actrice noire va jouer la Petite Sirène, c'est à peine moins important dans l'histoire des luttes sociales que le siège de bus choisi par Rosa Parks. Pourtant, on s'en branle, non? Ce n'est que Hollywood, quoi... L'effet d'annonce "all inclusive" est tapé pour le buzz mais si il s'avère que le casting va leur faire perdre deux ou trois centimes de dollars parce que les fachos et les Chinois vont bouder le film, hop là, tu vas voir comme le teint de Halle Berry -heu Bailey, pardon-, va soudainement s'éclaircir dans le film fini ou se transformer en couleur "plus en phase avec la réalité du contexte marin". C'est comme Lupita Nyong'o dans Star Wars. Bonne actrice, superbe femme, mais boum, ils en font une créature en CGI toute ridée couleur vieille saucisse d'un mètres vingt les bras levés à trois expressions faciales et demies et qui parle en martien. Le jour où Lupita Nyong'o tient le rôle principal d'un David Lynch ou reprend celui de Jane Fonda dans un remake de Klute, là, on sera vraiment un peu plus proche d'un équivalent de Rosa Parks dans son bus de culs terreux.
...