Monia Chokri, on l'a découverte un jour de mai 2010, lors de la présentation, au Festival de Cannes, des Amours imaginaires, le film de Xavier Dolan qui la révélait, aux côtés de Niels Schneider. Neuf ans plus tard, la comédienne québécoise (vue entre-temps dans Laurence Anyways du jeune prodige canadien, Gare du Nord de Claire Simon, ou encore Emma Peeters de Nicole Palo) retrouve la Croisette à la faveur de La Femme de mon frère, son premier film en qualité de réalisatrice, sélectionné en ouverture d'Un Certain Regard. "Quand, il y a neuf ans de cela, je suis arrivée dans la salle Debussy pour Les Amours imaginaires, jamais je n'aurais osé imaginer y revenir un jour avec mon propre film pour mon acte de naissance de cinéaste, s'enthousiasme-t-elle, radieuse, au lendemain de la projection. Deux ou trois ans après le film de Xavier, j'ai commencé à écrire un long métrage, dont j'avais l'intention de confier la réalisation à quelqu'un d'autre, ne m'en estimant pas capable. Mais plus j'avançais dans l'écriture, plus les images se formaient dans mon esprit, si bien que refiler le projet à autrui a commencé à me poser problème. Na...