Venue du documentaire, la scénariste et réalisatrice d'origine australienne Kitty Green réussit le petit miracle d'objectiver, en quelque sorte, la subjectivité de son héroïne, aspirante productrice amenée à prendre pe...

Venue du documentaire, la scénariste et réalisatrice d'origine australienne Kitty Green réussit le petit miracle d'objectiver, en quelque sorte, la subjectivité de son héroïne, aspirante productrice amenée à prendre peu à peu conscience des abus insidieux liés à sa position. Le côté obsessionnel et répétitif de The Assistant fait brillamment écho à la nature même de son sujet latent: le harcèlement sexuel, suggéré avec une tétanisante froideur claustrophobique. Sourires entendus, mutisme inconfortable, regards en coin, remarques discrètement désobligeantes... C'est toute la violence sourde d'un monde où dominent la pression systémique et la loi du silence qui s'exprime sous le masque lissé et impassible des apparences dans cette proposition filmique à la forme assez radicalement aboutie. Primé à Deauville, New York ou encore Jérusalem, The Assistant s'impose comme l'un des longs métrages ouvertement post-#MeToo les plus subtils et intelligents à avoir atterri sur les écrans.