Voilà, du moins, pour les apparences: atteint d'une forme particulière d'autisme, le gaillard est un véritable génie des chiffres et des mathématiques, en effet, une qualité parmi d'autres qui en a fait le partenaire aussi discret que privilégié de diverses organisations criminelles. Moment où, alors qu'il est appelé au chevet d'une société de robotique dont les comptes ont été manipulés, les autorités financières se mettent à enquêter sur l'homme de l'ombre des mafias de tout poil...

Gavin O'Connor, le réalisateur de Pride and Glory et Warrior, opère, avec The Accountant, un retour au thriller, lesté en la circonstance d'une solide dose d'action. Si le début du film est plutôt ingénieux, cultivant un sens certain du mystère tout en jouant habilement des obsessions déconcertantes de son personnage central, la suite prend un tour sensiblement plus convenu (et même par moments risible lorsque notre homme troque le costume trois pièces pour une tenue de néo-Rambo). Mais soit, sans tutoyer les sommets, ce thriller sinueux, bien qu'improbable, s'avère somme toute fun et bien ficelé, tout en étant efficacement mis en scène. Et vaut à Ben Affleck un rôle sur mesure, le dernier Batman en date faisant bon usage de ses rares expressions, tout en étant solidement encadré par John Lithgow, J.K. Simmons et même Anna Kendrick.

DE GAVIN O'CONNOR. AVEC BEN AFFLECK, ANNA KENDRICK, CYNTHIA ADDAI-ROBINSON. 2H10. SORTIE: 02/11. **(*)

Voilà, du moins, pour les apparences: atteint d'une forme particulière d'autisme, le gaillard est un véritable génie des chiffres et des mathématiques, en effet, une qualité parmi d'autres qui en a fait le partenaire aussi discret que privilégié de diverses organisations criminelles. Moment où, alors qu'il est appelé au chevet d'une société de robotique dont les comptes ont été manipulés, les autorités financières se mettent à enquêter sur l'homme de l'ombre des mafias de tout poil... Gavin O'Connor, le réalisateur de Pride and Glory et Warrior, opère, avec The Accountant, un retour au thriller, lesté en la circonstance d'une solide dose d'action. Si le début du film est plutôt ingénieux, cultivant un sens certain du mystère tout en jouant habilement des obsessions déconcertantes de son personnage central, la suite prend un tour sensiblement plus convenu (et même par moments risible lorsque notre homme troque le costume trois pièces pour une tenue de néo-Rambo). Mais soit, sans tutoyer les sommets, ce thriller sinueux, bien qu'improbable, s'avère somme toute fun et bien ficelé, tout en étant efficacement mis en scène. Et vaut à Ben Affleck un rôle sur mesure, le dernier Batman en date faisant bon usage de ses rares expressions, tout en étant solidement encadré par John Lithgow, J.K. Simmons et même Anna Kendrick.