Sa mort brutale par suicide, un jour de février 2010, a définitivement fait rentrer "l'enfant terrible" de la haute couture dans la légende. Il n'avait que 40 ans... Le documentaire de Bonhôte et Ettedgui est remarquable dans sa partie narrative, surtout quand il évoque les débuts du petit gars de Lewisham (au Sud-Est de Londres), fils d'une enseignante et d'un chauffeur de taxi. Un gamin d'origine modeste, mais doté d'un rare talent et bien décidé à le faire fructifier en grimpant à toute allure -et depuis tout en bas- les marches vers le succès. McQueen excelle aussi quand, grâce à des images filmées par l'entourage du fashion designer, il retrace l'arrivée à Paris, où la place de John Galliano -parti chez Dior- dans la prestigieuse maison Givenchy s'offre à "Lee", comme continuent à l'appeler ses amis. Le film n'évite pas pour autant la répétition, et son montage trop speedé empêche souvent de prendre la juste mesure de créations trop vite chassées du cadre. Au total, le documentaire n'en est pas moins réussi dans sa dimension humaine, qui est ici l'essentiel. Et l'on retiendra ce portrait d'un gamin ambitieux qui prit d'assaut les citadelles de la haute couture et osa les défilés les plus spectaculaires et les plus délirants. Au risque de s'épuiser, de se briser, dans la solitude des sommets.

De Ian Bonhôte, Peter Ettedgui. 1h50. Sortie: 07/11. ***(*)