...

La maladie, la mort, Simon connaît. Il les combat depuis des années dans son service de pneumologie et, à 37 ans, l'indispensable "carapace" qui le protège des émotions perturbantes est bien en place, croit-il. Mais une patiente intègre en urgence le service de réanimation voisin et va bousculer les certitudes du médecin, faire vaciller ses défenses. Bien sûr, Mathilde n'est pas une malade comme les autres. C'est sa mère! Et son état de santé s'avère si dégradé que Simon va devoir s'impliquer au-delà des pouvoirs que sa fonction lui donne... Pour Jérémie Renier, qui a l'âge du personnage, le rôle de Simon est un cadeau que le comédien belge honore d'une prestation intense, concentrée. Il a les gestes justes, les gestes du métier, il est crédible en pneumologue et aussi en fils choqué par la maladie de sa maman, puis par le refus de lutter qu'exprime cette dernière. Marthe Keller incarne avec délicatesse cette femme en train de s'éteindre. Dommage que le film de David Roux s'éteigne aussi un peu, après une première partie mettant bien en place les éléments d'un drame réaliste dont le réalisateur perd progressivement le fil après une heure, inexplicablement. On ne peut s'empêcher de penser qu'il y avait là matière à récit plus fort, à un débat professionnel, familial et intérieur plus urgent. Car l'hôpital est un théâtre fascinant, tant de choses s'y jouent, qu'on y travaille ou qu'on y trouve refuge, qu'on y naisse ou qu'on y meure. Un potentiel dont se saisit justement en ce moment, signe des temps, la série télévisée Hippocrate avec Louise Bourgoin et qu'a créée Thomas Lilti dans la foulée de son film à succès de 2014.