Au milieu du XIXe siècle, au plus profond de la campagne danoise, l'hiver s'annonce rude. Menacée de famine en raison d'une récolte ruinée par la pluie, une famille de fermiers dans le besoin vend ce qu'elle peut, pour passer l'épreuve et survivre jusqu'au printemps. Quand un riche paysan voisin proposera un mariage entre leur fille et son fils, en...

Au milieu du XIXe siècle, au plus profond de la campagne danoise, l'hiver s'annonce rude. Menacée de famine en raison d'une récolte ruinée par la pluie, une famille de fermiers dans le besoin vend ce qu'elle peut, pour passer l'épreuve et survivre jusqu'au printemps. Quand un riche paysan voisin proposera un mariage entre leur fille et son fils, en mettant dans la balance l'achat d'un terrain de valeur, il sera très difficile de refuser. Même si la jeune et jolie Signe en aime un autre et s'est promise à lui. Et même si Jens, le père, a approuvé cette union à venir... Comment les conditions économiques et sociales peuvent bouleverser l'existence d'une famille, comment l'obsession d'assurer une vie matérielle meilleure fait oublier la vérité des sentiments, Før Frosten le narre de manière prenante, sous la forme d'une chronique rurale hyperréaliste. Michael Noer explore son sujet de manière progressive et de plus en plus radicale, accompagnant particulièrement le personnage du père dans une trajectoire où l'obsession de la sécurité, de l'avoir, du statut, conduit à une épouvantable faillite morale. C'est très noir, d'un pessimisme aigu, même si les images en clair-obscur atteignent par endroit des sommets de beauté. Jesper Christensen fait dans le rôle de Jens une création intense, éclairant de douloureuse manière un monde où le rang social prime sur tout, déterminant même la place qu'on peut occuper à l'église, comme le montre une mémorable scène d'humiliation par le prêtre local... À voir aussi pour l'aspect immersif de la réalisation, et les échos puissants que cette oeuvre située dans le passé peut avoir aujourd'hui.