En 2013, Stephen King imaginait avec Doctor Sleep une suite à son propre roman culte The Shining. L'adaptation qu'en signe aujourd'hui Mike Flanagan (la série Netflix The Haunting of Hill House, lire également son interview) s'inscrit d'abord ...

En 2013, Stephen King imaginait avec Doctor Sleep une suite à son propre roman culte The Shining. L'adaptation qu'en signe aujourd'hui Mike Flanagan (la série Netflix The Haunting of Hill House, lire également son interview) s'inscrit d'abord dans la lignée directe du chef-d'oeuvre de Stanley Kubrick, allant jusqu'à en reprendre en ouverture le thème musical mais aussi les longs travellings rasants à hauteur de tricycle dans les couloirs de l'hôtel Overlook. Évitant le piège de la citation pour la citation, le film invente pourtant très vite sa propre grammaire cinématographique, ou presque, qui emprunte notamment à la logique du rêve sa narration vaporeuse et ses vertiges spatiaux. Avant de revenir sur les lieux du crime pour en rejouer les figures imposées (le sang, le labyrinthe, la baignoire...) d'assez habile manière, malgré quelques rares mais franches maladresses. Très élégant visuellement, Doctor Sleep a le bon goût de ne pas multiplier les effets grand-guignolesques pour se concentrer au mieux sur sa gueule d'atmosphère. Plutôt une bonne surprise, même s'il n'égale bien sûr jamais son aîné.