"C'est difficile de diriger des hommes: ils sont éduqués avec la conviction d'avoir toutes les réponses"

Premier long métrage de Marcelo Martinessi, Las Herederas esquisse le portrait d'une femme en passe de s'émanciper tout en portant en creux celui de la société paraguayenne.

© Dr

Régulièrement saluée, la vitalité retrouvée du cinéma sud-américain n'a pas touché le Paraguay, resté globalement imperméable à cette effervescence. C'est dire si la sélection de Las Herederas à la dernière Berlinale constituait un petit événement, le film de Marcelo Martinessi recueillant dans la foulée les faveurs de la critique -il devait obtenir le prestigieux prix Fipresci- mais aussi du jury, avec le prix d'interprétation féminine pour Ana Brun et l'Ours d'argent pour le réalisateur.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné