Braguino, paradis perdu

30/11/18 à 10:57 - Mise à jour à 11:13
Du Le Vif Focus du 29/11/18

L'Alsacien Clément Cogitore chronique la fin d'un monde dans un hallucinant documentaire tourné au coeur de la taïga sibérienne. À découvrir d'urgence au ciné Galeries à Bruxelles, en marge d'une expo vidéo et photo.

Certains, disait Nietzsche, naissent posthumes, d'autres avec un talent simplement insolent. À 35 ans à peine, Clément Cogitore est déjà à la tête d'un fascinant corpus vidéo et photo, légitimement multi-récompensé -voir encore le récent et prestigieux Prix Marcel Duchamp- et travaillé en profondeur par la question du mystère. Une oeuvre expérimentale, parfois même très conceptuelle, à la croisée de l'art contemporain et du cinéma, et naviguant à vue entre la dimension profane et sacrée, la science et la foi, un goût très prononcé pour l'âpreté du réel et un appel toujours latent vers le fantastique. Cogitore: "Ce qui m'intéresse vraiment, ce sont les points de croisement entre ces dimensions-là, qui a priori s'opposent mais ont des objets communs. À savoir le monde visible, l'expérience humaine. Dans mes vidéos, je me suis souvent intéressé à des protocoles scientifiques ou militaires pour montrer qu'il y a toujours quelque chose qui résiste. Ce qui ne veut pas dire que c'est magique ou miraculeux, mais simplement que les hommes et les femmes n'en ont pas fini avec ces questions-là. Ces questions métaphysiques très simples, de ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires