Drame de Cristian Mungiu. Avec Cosmina Stratan, Cristina Flutur, Valeriu Andriuta. 2h30. Sortie: 21/11. ****

Comme dans son précédent 4 mois, 3 semaines, 2 jours, Palme d'or à Cannes en 2007, deux femmes se trouvent au coeur de Au-delà des collines, le nouveau film de Cristian Mungiu (lire son interview dans le Focus du 16 novembre). Alina et Voichita ont grandi dans un orphelinat, la première partant travailler en Allemagne tandis que la seconde se retirait dans un monastère orthodoxe de la campagne roumaine. Le retour de Alina va cristalliser leur différence -car si Alina est tout amour pour Voichita, cette dernière n'en a plus désormais que pour Dieu. A travers leur relation, c'est la religion que questionne ce film ample et dense, sa lettre et son esprit, et leur détournement éventuel. Au-delà, Mungiu dresse un portrait blafard de la société roumaine, un glacis d'indifférence accueillant la tournure dramatique prise par les événements. En résulte un film âpre et fort, austère et radical dans sa vocation contemplative, mais dont la mécanique répétitive peut, par endroits, se révéler décourageante. Prix du scénario et d'interprétation féminine à ses deux remarquables actrices lors du dernier festival de Cannes.

Comme dans son précédent 4 mois, 3 semaines, 2 jours, Palme d'or à Cannes en 2007, deux femmes se trouvent au coeur de Au-delà des collines, le nouveau film de Cristian Mungiu (lire son interview dans le Focus du 16 novembre). Alina et Voichita ont grandi dans un orphelinat, la première partant travailler en Allemagne tandis que la seconde se retirait dans un monastère orthodoxe de la campagne roumaine. Le retour de Alina va cristalliser leur différence -car si Alina est tout amour pour Voichita, cette dernière n'en a plus désormais que pour Dieu. A travers leur relation, c'est la religion que questionne ce film ample et dense, sa lettre et son esprit, et leur détournement éventuel. Au-delà, Mungiu dresse un portrait blafard de la société roumaine, un glacis d'indifférence accueillant la tournure dramatique prise par les événements. En résulte un film âpre et fort, austère et radical dans sa vocation contemplative, mais dont la mécanique répétitive peut, par endroits, se révéler décourageante. Prix du scénario et d'interprétation féminine à ses deux remarquables actrices lors du dernier festival de Cannes.