Réalisateur d'Ayka, Sergey Dvortsevoy présente un CV pour le moins particulier puisqu'il a travaillé pendant neuf ans comme ingénieur radio pour la compagnie aérienne Aeroflot avant de se tourner vers le cinéma. "J'avais une bonne carrière, mais pas très intéressante, explique-t-il d'une voix rocailleuse. Je savais où j'en serais dix, et même vingt ans plus tard, et je trouvais ça ennuyeux. Étant doté d'un tempérament aventureux, j'ai décidé de devenir cinéaste..." Certes pas la voie de la facilité, si l'on en juge par son rythme de travail, dix ans s'étant écoulés depuis son précédent long métrage, Tulpan. "Je n'ai rien fait de particulier et à la fois beaucoup de choses entre-temps. Ayka a été compliqué à faire. Le scénario était précis, mais je n'aime pas me borner à illustrer. Je préfère travailler avec la vie, et voir ce qui va se produire. Je ne veux pas tout savoir, ni tout comprendre, mais j'aspire à découvrir. C'est ma nature, et la vie est imprévisible: on ne sait pas ce qu'il y a au coin de la rue....