Cela fait maintenant trois ans que la liégeoise Marie Doutrepont, ancienne ballerine au Royal Ballet Company de Londres, a créé le gala. Au sein du Manège de la Caserne Fonck, elle réussit l'événement de réunir des danseurs internationaux de renoms. L'ancienne caserne au charme brut contraste avec le raffinement du spectacle. Au programme, plus de deux heures de danse, entre morceaux classiques, contemporains et créations.

Les spectateurs ont ainsi pu admirer Mathilde Froustey, danseuse principale au San Francisco Ballet, Eric Underwood, soliste au Royal Ballet de Londres ou Venus Villa, étoile Internationale à Cuba, pour ne citer qu'eux. Mais l'événement très attendu des Hivernales de la Danse a surtout été la venue de François Alu, le premier danseur au Ballet de l'Opéra de Paris. Le danseur de 21 ans a profité de l'occasion pour présenter en avant-première sa création très réussie. Un mélange surprenant et envoûtant de classique aux influences notable de hip hop.

Venus Villa, Etoile Internationale à Cuba, en représentation le 15 novembre 2014 aux Hivernales de la Danse à Liège © Costin Radu www.leshivernales.be

Au total, 12 danseurs professionnels qui ont interprété des pièces classiques comme Diamants de George Balanchine ou Manon de Kenneth MacMillan. Plusieurs pièces plus contemporaines ont aussi été interprétées, comme Grey Area de David Dawson, par deux danseurs du Ballet de Dresde (Allemagne). Un mélange des genres réussit qui a permis de donner du rythme au spectacle et d'attirer un public nombreux. En effet la salle était presque comble ce samedi soir à Liège. Un public varié et enthousiaste, prompt à applaudir les sauts et autres portés spectaculaires. Preuve que le classique attire, même s'il se fait rare en Wallonie depuis la disparition du Ballet Royal de Wallonie en 1997.

Melissa Hamilton et Eric Underwood du Royal Ballet de Londres (Angleterre) le 15 novembre 2014 aux Hivernales de la Danse à Liège © Costin Radu www.leshivernales.be

Annalena Meyer-Freund