Il ne fait pas bon être street artist à New York ces jours-ci. Alors que l'Anglais Banksy terminait jeudi dernier sa résidence d'un mois à NYC (revoir notre diaporama reprenant toutes ses interventions), le Français Invader s'y mettait également il y a une semaine. Mais Michael Bloomberg, maire de la ville, affiche publiquement son dégoût pour les oeuvres des "vandales", et la police redouble de vigilance. "Les graffitis dégradent les propriétés des gens et sont un signe de décadence et de perte de contrôle, déclarait-il le 16 octobre dernier. Se rendre sur la propriété de quelqu'un, ou sur une propriété publique, et la défigurer, cela ne correspond pas à ma définition de l'art."

Or, dans la nuit du 30 octobre dernier, Invader accrochait une nouvelle oeuvre, représentant la princesse Peach du jeu vidéo Super Mario, sur une façade d'Orchard Street, à East Village. La scène se déroulait entre 3 et 4 heures du matin et un policier en civil n'a pas tardé à arrêter le street artist français. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'Invader a affaire avec les autorités, on se souvient qu'il avait été arrêté pour vandalisme à Los Angeles en 2011 alors qu'il exposait en même temps au Museum of Contemporary Art (Moca).

Il s'agissait là de la septième oeuvre déposée en une semaine par Invader dans les rues de New York. Comble du sort: si le propriétaire de l'immeuble sur lequel la mosaïque avait été déposée l'a enlevée, ce dernier a déclaré... qu'il comptait bien la garder.

Il ne fait pas bon être street artist à New York ces jours-ci. Alors que l'Anglais Banksy terminait jeudi dernier sa résidence d'un mois à NYC (revoir notre diaporama reprenant toutes ses interventions), le Français Invader s'y mettait également il y a une semaine. Mais Michael Bloomberg, maire de la ville, affiche publiquement son dégoût pour les oeuvres des "vandales", et la police redouble de vigilance. "Les graffitis dégradent les propriétés des gens et sont un signe de décadence et de perte de contrôle, déclarait-il le 16 octobre dernier. Se rendre sur la propriété de quelqu'un, ou sur une propriété publique, et la défigurer, cela ne correspond pas à ma définition de l'art."Or, dans la nuit du 30 octobre dernier, Invader accrochait une nouvelle oeuvre, représentant la princesse Peach du jeu vidéo Super Mario, sur une façade d'Orchard Street, à East Village. La scène se déroulait entre 3 et 4 heures du matin et un policier en civil n'a pas tardé à arrêter le street artist français. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'Invader a affaire avec les autorités, on se souvient qu'il avait été arrêté pour vandalisme à Los Angeles en 2011 alors qu'il exposait en même temps au Museum of Contemporary Art (Moca). Il s'agissait là de la septième oeuvre déposée en une semaine par Invader dans les rues de New York. Comble du sort: si le propriétaire de l'immeuble sur lequel la mosaïque avait été déposée l'a enlevée, ce dernier a déclaré... qu'il comptait bien la garder.