"Le Metropolitan, les Beaux-Arts de Bruxelles, le Louvre, le Kunz, le Belvédère possèdent tous des collections plus ou moins importantes de Gustav Klimt. Mais aucune de ces collections ne permet de retracer l'oeuvre du peintre dans sa globalité, de prendre conscience de son évolution. C'est ce que nous avons essayé de faire avec The Immersive Expérience. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une exposition, vous ne verrez pas les oeuvres réelles devant vous. L'objectif est de vous permettre de rentrer dans la tête du peintre, de comprendre sa démarche, il s'agit d'une expérience des sens qui on l'espère vous fera sortir d'ici avec l'envie d'aller à Vienne pour voir les oeuvres de vos propres yeux" soulève le guide de la galerie Horta.

Exhibition Hub, la start-up belge qui avait récemment proposé le format immersif pour les oeuvres de Monet ou de Van Gogh s'attaque à présent à celui qui est connu pour Le Baiser. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le format d'expérience immersive, l'idée est de se placer dans une grande pièce et de profiter des oeuvres qui sont projetées sur les murs. Les images sont en général animées et sont placées de manière à créer un storytelling, le plus souvent temporel basé sur l'oeuvre d'un peintre, en l'occurrence ici : Gustav Klimt. Une expérience ludique et propice à la découverte de l'art.

Bruxelles est un choix particulièrement pertinent pour mettre en valeur l'artiste. La ville est dotée de la plus grande oeuvre réalisée par la sécession viennoise, collectif multitâche dont faisait partie Klimt : le palais Stoclet, seul bâtiment belge classé jusqu'à la plus petite des fourchettes.

Une visite en trois étapes :

  • La visite débute par un historique de l'oeuvre de Klimt. Un long couloir pourvu de reproduction des oeuvres majeures et de panneaux explicatifs. On débute par la période portraitiste et scolaire du peintre, on développe ensuite sa passion, son obsession pour le corps féminin et on termine par l'opulence de sa période dorée et symboliste (qui se termine d'ailleurs par une sorte de couloir doré)
DR
© DR
  • Deuxième étape : le vif du sujet, l'expérience immersive. L'immense salle pourvue de vingt projecteurs et de sièges disposés un peu partout pour permettre au visiteur de profiter des coups de maitre mis en lumière et en musique (le baiser, la frise de Beethoven, Judith...)
  • Dernière étape du parcours : une salle destinée à la réalité virtuelle. Il s'agit de rentrer au plus profond de l'univers du peintre. Pourvu d'un casque de réalité virtuelle, le visiteur se coupe du monde pour se confronter à l'expérience très addictive du virtuel. Les peintures tournoient tout autour d'un monde modélisé en 3D et créé autour des oeuvres de Klimt
DR
© DR

Charles Christiaens

"Le Metropolitan, les Beaux-Arts de Bruxelles, le Louvre, le Kunz, le Belvédère possèdent tous des collections plus ou moins importantes de Gustav Klimt. Mais aucune de ces collections ne permet de retracer l'oeuvre du peintre dans sa globalité, de prendre conscience de son évolution. C'est ce que nous avons essayé de faire avec The Immersive Expérience. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une exposition, vous ne verrez pas les oeuvres réelles devant vous. L'objectif est de vous permettre de rentrer dans la tête du peintre, de comprendre sa démarche, il s'agit d'une expérience des sens qui on l'espère vous fera sortir d'ici avec l'envie d'aller à Vienne pour voir les oeuvres de vos propres yeux" soulève le guide de la galerie Horta. Exhibition Hub, la start-up belge qui avait récemment proposé le format immersif pour les oeuvres de Monet ou de Van Gogh s'attaque à présent à celui qui est connu pour Le Baiser. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le format d'expérience immersive, l'idée est de se placer dans une grande pièce et de profiter des oeuvres qui sont projetées sur les murs. Les images sont en général animées et sont placées de manière à créer un storytelling, le plus souvent temporel basé sur l'oeuvre d'un peintre, en l'occurrence ici : Gustav Klimt. Une expérience ludique et propice à la découverte de l'art. Bruxelles est un choix particulièrement pertinent pour mettre en valeur l'artiste. La ville est dotée de la plus grande oeuvre réalisée par la sécession viennoise, collectif multitâche dont faisait partie Klimt : le palais Stoclet, seul bâtiment belge classé jusqu'à la plus petite des fourchettes.Une visite en trois étapes : Charles Christiaens