[Critique scène] KFDA: Corps-mémoire, corps-manifeste

Les propositions chorégraphiques de ce début de Kunstenfestivaldesarts ont rappelé que le corps servait autant de mémoire intime que de support de revendication. De Trajal Harrell à Marcelo Evelin en passant par Nora Chipaumire.

[Critique théâtre] Frankenstein miniature

En parallèle à la création mondiale de l'opéra de Mark Grey, la compagnie Karyatides présente à la Monnaie une version de chambre de Frankenstein, mêlant habilement théâtre d'objet et chant lyrique.

Critique scène: Les 4 as du plantage

D'une recette de cuisine à la vie dans sa totalité, nous sommes tous sommés de réussir, à tous les niveaux. Contre cette injonction épuisante, Rater mieux, rater encore dresse un inventaire non-exhaustif, déglingué et drôle, de nos échecs quotidiens. À voir au Varia et à Mons.

Critique scène: L'art, les autres et moi

À travers la danse et une équation à trois composantes, Mauro Paccagnella et Eric Valette interrogent le rapport de l'art à la vie et l'utilité des artistes. (A+X+P) était créé aux Tanneurs en ouverture du D Festival.

Critique scène: Eschyle en Irak

Milo Rau place Agamemnon, Clytemnestre, Iphigénie, Oreste, Pylade et Cassandre dans les ruines de Mossoul, ville qui est restée pendant trois ans aux mains de l'Etat islamique. Avec Orestes in Mosoul, créé au NTGent, le cycle tragique d'Eschyle n'a jamais été aussi contemporain.

Critique scène: Une voix pour Ali

Le Choeur d'Ali Aarrass, mis en scène par Julie Jaroszewski, donne une voix, à travers celle d'une vingtaine de femmes, à un homme prisonnier, citoyen belgo-marocain que la Belgique n'a pas aidé. Et offre en passant un fameux cours d'Histoire.

Critique théâtre: l'amour comme une religion

Partage de midi ou la définition des universels masculin et féminin selon Paul Claudel. Héloïse Jadoul signe une excellente mise en scène assumant le mysticisme amoureux de l'auteur.

Critique théâtre: Black, pur cauchemar

Dans une jungle de cordes suspendues et sur la musique live de l'épatant batteur-guitariste Sam Gysel, Luk Perceval déterre les pires zones d'ombre de notre passé colonial. Créé au NTGent, Black est une claque nécessaire.

Critique scène: Génie du mal

Après Taking Care of Baby, Jasmina Douieb revient à l'écriture de Dennis Kelly. En faisant de l'anti-héros de L'Abattage rituel de Gorge Mastromas un rat de laboratoire, la metteuse en scène amplifie la drôlerie du texte, comme toujours mordant, de l'auteur britannique.

Critique théâtre: tout au bout de l'arbre généalogique

Dans ce LUCA créé à Charleroi, Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli entremêlent génétique, préhistoire, récits de famille et voyage en Italie pour transmettre un message de tolérance à l'heure des nouveaux flux migratoires. À mettre sous tous les yeux.

Critique théâtre: Adjani en abyme

Le Théâtre de Namur accueille la création mondiale d'Opening Night. Une adaptation par Cyril Teste du film culte de Cassavetes, qui offre à Isabelle Adjani le rôle... d'une actrice.

Critique théâtre jeune public: Des ombres parmi les livres

Spécialiste depuis des décennies du théâtre d'ombres, le Théâtre du Tilleul a conçu une bibliothèque magique pour raconter la vie de l'auteur pour la jeunesse, Peter Neumeyer, et les aventures de son héros, Donald. Les Carnets de Peter était à la Montagne magique avant d'arriver en mars à Ekla.

Critique théâtre: Moineaux et vautours

Axel Cornil replace dans la lumière Ravachol, anarchiste terroriste de la France du XIXe siècle. Son appel à la révolte sonne avec une actualité particulière en ces temps de Gilets jaunes, mais génère aussi un certain malaise.

Critique théâtre: Comme au casino

Après avoir démonté les rouages des discours électoraux dans Fight Night, la compagnie gantoise Ontroerend Goed s'attaque à ceux du système financier dans Lies. Un incroyable spectacle participatif vu au Festival Singulier de l'Atelier 210 et annoncé à l'automne prochain au Théâtre de Namur.