Un film vu dans son enfance avec sa grand-mère peut avoir des conséquences bien plus tard, lorsque la cinquantaine est imminente. Ainsi, le comédien Etienne Van der Belen s'est souvenu du film de Rossellini Les Onze Fioretti de François d'Assise (1950) lorsqu'il a accepté la suggestion de réaliser avant son demi-siècle "quelque chose qui l'engage physiquement", "comme Sylvain Tesson". L'idée a ainsi germé d'effectuer à pied le "Chemin d'Assise", partant en principe de ...