Critique

[critique ciné] La Place d’une autre: une reconstitution qui pâtit sûrement d’un trop-plein de décors et une bienséance générale

Avec cette histoire d’usurpation d’identité librement inspirée d’un roman victorien de Wilkie Collins (La Morte vivante), Aurélia Georges contourne l’aspect thriller de son récit pour livrer une réflexion sur l’irrémédiable immuabilité de la société française quand il s’agit de mélanger les classes.

Nélie (Lyna Khoudri), jeune fille pauvre destinée à une vie de servitude, s’engage comme infirmière sur le front de 1914, et se voit offrir sur un plateau l’opportunité de changer de vie en subtilisant le costume et l’identité de Rose, jeune femme de bonne famille (Maud Wyler) appelée à devenir accompagnatrice d’une riche dame (Sabine Azéma). Mais alors qu’elle s’adapte avec aisance à cette existence bourgeoise et donne remarquablement le change, son passé ressurgit brutalement. Avec cette histoire d’usurpation d’identité librement inspirée d’un roman victorien de Wilkie Collins (La Morte vivante), Aurélia Georges contourne l’aspect thriller de son récit pour livrer une réflexion sur l’irrémédiable immuabilité de la société française quand il s’agit de mélanger les classes. Possible transfuge, brillant par son esprit et sa discrétion, Nélie comprend pourtant que seul le mensonge lui permet d’espérer une vie meilleure, la mobilité sociale étant quasi inexistante pour les jeunes femmes de son milieu. Alors que le film débute de façon assez classique, voire statique dans la forme, l’irruption de Rose, sorte de fantôme gothique, pourrait l’emmener vers un ailleurs qui pourtant reste lointain. Une partition plus subtile se joue, entre Nélie et sa maîtresse, nimbée d’une certaine ambiguïté, et l’emporte sur l’intrigue du vol d’identité. Une partition élégamment jouée par le trio de comédiennes, servie par des costumes délicats, mais quelque peu assourdie par une reconstitution qui pâtit sûrement d’un trop-plein de décors, et une bienséance générale qui aurait pu souffrir un peu plus de passion.

D’Aurélia Georges. Avec Lyna Khoudri, Sabine Azéma, Maud Wyler. 1 h 52. Sortie: 16/02. **(*)

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Partner Content