Critique | Cinéma

[le film de la semaine] Animals, de Nabil Ben Yadir, un film coup de poing

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Le réalisateur belge des Barons cherche le choc et le trouve, mais ne s’en contente pas. Une expérience extrême.

On n’attendait pas, il faut le reconnaître, Nabil Ben Yadir à un tel niveau d’exigence cinématographique. S’emparant de l’affaire Ihsane Jarfi, jeune homosexuel tabassé et tué à Liège le 22 avril 2012, le réalisateur belge des Barons, de La Marche et de Dode Hoek cherche le choc, et le trouve, mais ne s’en contente pas. Dépassant l’horreur déshumanisante pour mieux ébranler les certitudes et tenter de comprendre l’incompréhensible, il se fend, avec Animals, d’un film coup de poing à l’intenable violence frontale où la nécessaire prise en otage spectatorielle se double d’une vraie proposition de cinéma: douloureuse, inconfortable, profondément dérangeante. Une expérience extrême, dont la radicalité brute hante et questionne durablement.

Drame. De Nabil Ben Yadir. Avec Soufiane Chilah, Gianni Guettaf, Vincent Overath. 1h32. Sortie: 09/03. ****

Lire aussi notre interview de Nabil Ben Yadir.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content